C'est décidé ! aujourd'hui j'adhère au syndicat de l'UDO. Et c'est moins de 30 € / mois*

Que vous soyez indépendants, sous enseigne, avec un seul magasin ou multi propriétaire, vous avez la possibilité d'adhérer à l'Union des Opticiens.

J'ai envie de savoir, de faire évoluer ma profession, de la défendre, d'avancer mes idées et donner mon avis, de m'investir, de faire avancer mon syndicat, de lui donner de la force.

 

Que l'on ne dise plus que le syndicat ne fait rien, n' a pas de bonnes idées, facile ! en n'étant pas adhérent !

 

Maintenant je m'engage, critiquer c'est bien, agir c'est mieux,  surtout quand on adhère et on participe.

 

Je clique ICI et je peux dire maintenant "je sais ce que je fais et ferai pour mon syndicat et ce que fait et fera le syndicat pour la profession."

 

 A noter : L'UDO est le syndicat membre de l' ECOO représentant la France au niveau européen.

 

* L' UDO est consciente qu'une cotisation payable en seule fois peut être un frein pour adhérer et vous propose un réglement échelonné.

(renseignements au : 01 42 06 07 31.) ou par mail :Mail : udoinfo@orange.fr

Recommandez cette page sur :

Vous changez...nous aussi, évoluons ensemble.

Recommandez cette page sur :

19.12.2014 : Le président d'Harmonie Mutuelle confirme le rapprochement avec la MGEN.

L'argus de l'assurance vient de publier cette information.

Que deviendront ces groupes avec leurs différents réseaux de soins ? qui fait quoi ? . A suivre !

Harmonie Mutuelle et la Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN), les deux premières mutuelles santéfrançaises, vont annoncer un rapprochement au début 2015 en vue de la création d’un nouveau groupe mutualiste. Joseph Deniaud, président d’Harmonie Mutuelle, a confirmé, ce vendredi, à l’Argus de l’assurance, l’information dévoilée le 17 décembre par la lettre spécialisée Fil social, publiée également par le Figaro, vendredi 19.

ISTYA CONCERNÉE

Voir l'article complet ICI

Source l'ARGUS DE L'ASSURANCE

 

19.12.2014 : Professionnels et entreprises : ce qui change au 1er janvier 2015.

Augmentation de la rémunération minimale versée au stagiaire.

La gratification minimale que doit verser l’employeur pour tout stage supérieur à 2 mois (soit à partir de 44 jours ou 308 heures de présence effective du stagiaire) passe à :

  • 508,20 € par mois (correspondant à 3,30 € par heure) jusqu’au 31 août 2015,
  • 554,40 € par mois (correspondant à 3,60 € par heure) à partir du 1er septembre 2015.

Service-public.fr - Quelle est la rémunération minimale d’un stagiaire ?

 

 

Services en ligne et téléphonie : la TVA est celle du pays du client.

Les prestations de services de télécommunication, radiodiffusion et télévision et autres services en ligne deviennent imposables à la TVA selon les taux en vigueur dans l’État où le consommateur est domicilié, et non plus au lieu d’établissement du prestataire.

Service-public.fr - Taux de TVA applicable aux services en ligne et à la téléphonie

 

 

Entrée en vigueur du compte pénibilité.

La mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité (CPPP), qui prévoit la prise en compte de facteurs de pénibilité et de risques professionnels pour l’acquisition par le salarié exposé de points cumulés, implique de nouvelles obligations qui incombent à l’employeur.

Service-public.fr - Compte pénibilité : les obligations de l’employeur

 

 

Suppression de l’exonération de cotisations sociales pour une embauche en ZRU.

Avec la disparition des zones de redynamisation urbaine (ZRU) à partir du 1er janvier 2015, l’exonération accordée pour les embauches réalisées jusqu’au 50e salarié, dans les établissements situés en ZRU, est supprimée.

Service-public.fr - Exonération de cotisations sociales pour une embauche en ZRU

 

Nouvel abattement pour la C3S.

Le seuil d’assujettissement de 760 000 € de la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) est remplacé par un abattement de 3,25 millions d’€ sur l’assiette de la contribution, ce qui signifie que les entreprises dont le chiffre d’affaires n’excède pas ce plafond sont exonérées totalement de cette contribution.

Service-public.fr - Disparition progressive de la C3S

 

 

Modification de la durée des soldes.

La durée des soldes nationaux repasse de 5 à 6 semaines (ils étaient passés de 6 à 5 semaines en janvier 2009) et la période de soldes flottants est supprimée.

Service-public.fr - La durée des soldes repasse à 6 semaines

 

Suppression des tarifs réglementés de vente de gaz pour les clients professionnels.

Dans le cadre de l’ouverture du marché du gaz à la concurrence, en conformité avec le droit européen, les tarifs réglementés de vente (TRV) proposés par les fournisseurs historiques (GDF-Suez et les entreprises locales de distribution) vont être supprimés pour les consommateurs non résidentiels à partir de 2015.

Service-public.fr - Les tarifs réglementés de vente de gaz supprimés pour les clients professionnels

 

Modification du financement de la formation professionnelle.

Le calcul de la participation de l’employeur à la formation professionnelle continue de ses salariés est simplifié : à partir de 10 salariés, la contribution est dorénavant perçue au taux unique de 1 %, alors qu’auparavant différents taux étaient applicables.

Service-public.fr - Modification du financement de la formation professionnelle

 

 

La Lituanie adopte l’euro.

Au 1er janvier 2015, la Lituanie devient le 19e pays européen à faire partie de la zone Euro, en adoptant l’euro comme monnaie officielle.

Service-public.fr - La Lituanie adopte l’euro en 2015

 

Source SERVICE PUBLIC

19.12.2014 : Décret n° 2014-1525 du 17 décembre 2014 relatif à la reconnaissance des prescriptions de dispositifs médicaux établies dans un autre Etat membre de l'Union européenne .

Publics concernés : professionnels prescrivant ou délivrant des dispositifs médicaux, patients et associations de patients.
Objet : reconnaissance dans les autres Etats membres de l'Union européenne des prescriptions établies en France ; délivrance en France des dispositifs médicaux prescrits par un professionnel de santé dans un autre Etat membre.
Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.
Notice : le texte fixe, d'une part, les mentions obligatoires devant figurer sur une prescription de dispositif médical pour que celle-ci puisse être délivrée dans un autre Etat membre de l'Union européenne. Il prévoit, d'autre part, les conditions dans lesquelles, en France, les personnes légalement habilitées à délivrer des dispositifs médicaux délivrent ces produits sur prescription d'un professionnel de santé établi dans un autre Etat membre et autorisé ou habilité à prescrire dans cet Etat.
Références : le présent décret est pris pour la transposition du paragraphe 1 de l'article 11 de la directive 2011/24/UE du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2011 relative à l'application des droits des patients en matière de soins transfrontaliers et de la directive d'exécution 2012/52/UE de la Commission du 20 décembre 2012 établissant des mesures visant à faciliter la reconnaissance des prescriptions médicales établies dans un autre Etat membre. Le code de la santé publique modifié par le présent décret peut être consulté, dans sa rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).
Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes,
Vu la directive 2011/24/UE du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2011 relative à l'application des droits des patients en matière de soins de santé transfrontaliers, notamment son article 11 ;
Vu la directive d'exécution 2012/52/UE de la Commission du 20 décembre 2012 établissant des mesures visant à faciliter la reconnaissance des prescriptions médicales établies dans un autre Etat membre ;
Vu le code de la santé publique, notamment son article L. 5211-6 ;
Vu le code de la sécurité sociale, notamment son article R. 165-38 ;
Le Conseil d'Etat (section sociale) entendu,
Décrète :


Au chapitre Ier du titre Ier du livre II de la cinquième partie réglementaire du code de la santé publique, la section 11 est remplacée par les dispositions suivantes :


« Section 11 
« Reconnaissance des prescriptions


« Art. R. 5211-70.-Les prescriptions de dispositifs médicaux établies à la demande d'un patient en vue d'en obtenir la délivrance dans un autre Etat membre de l'Union européenne comportent les mentions suivantes : 
« 1° Les nom et prénoms, la qualité et, le cas échéant, le titre, ou la spécialité du prescripteur, son adresse professionnelle précisant la mention “ France ”, ses coordonnées téléphoniques précédées de l'indicatif international “ + 33 ” et son adresse électronique, sa signature, ainsi que la date à laquelle l'ordonnance a été rédigée ; 
« 2° Les nom et prénoms, ainsi que la date de naissance du patient ; 
« 3° La dénomination et la quantité de produits prescrits. 
« Le présent article s'applique sans préjudice des dispositions de l'article R. 165-38 du code de la sécurité sociale relatives au contenu des ordonnances pour permettre la prise en charge des dispositifs médicaux prescrits.


« Art. R. 5211-71.-Lorsque la prescription comporte les mentions prévues aux 1°, sous réserve de l'adaptation de la mention du pays, à 3° de l'article R. 5211-70, les personnes légalement habilitées à délivrer des dispositifs médicaux ne peuvent refuser de délivrer ces produits, prescrits dans un autre Etat membre de l'Union européenne par un professionnel de santé légalement autorisé ou habilité à prescrire des dispositifs médicaux dans cet Etat, que si l'intérêt de la santé du patient leur paraît l'exiger ou s'ils ont des doutes légitimes et justifiés quant à l'authenticité, au contenu ou à l'intelligibilité de la prescription, ou à la qualité du professionnel de santé qui l'a établie. »

La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes est chargée de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 17 décembre 2014.


Manuel Valls

Par le Premier ministre :

La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes,
Marisol Touraine

 

Source LEGIFRANCE

15.12.2014 : Congrès mondial de l'OPTOMETRIE en Aout 2015,en Octobre l'Assemblée de l'ECOO : Le monde se met à l'optométrie et la France ne sait même pas reconnaître l'opticien-optométriste.

Et pendant ce temps... les français attendent des mois pour avoir un rendez vous chez l’ophtalmologiste pour se faire faire une paire de lunettes chez  leur opticien.

 

Et prochainement plus personne ne pourra avoir une paire de lunettes sans ordonnance, même un étranger en visite dans notre pays !même si vous les cassez , perdez vos lunettes et ...  Là nous serions le seul pays au monde à avoir cette obligation !

 

Devons encore attendre 10 ans avant que les choses s'améliorent

pour réduire les temps d'attente?

Les lunettes doivent t'elles être mises au même niveau que les antibiotiques,certains médicaments,  vendus exclusivement sur ordonnance ? 

 

Il est grand temps que cela évolue, pour que chacun puisse avoir une paire de lunettes rapidement et facilement.

 

Une monture ça va ! deux verres,  bonjour les dégâts, pour les avoir !

 

Voir ici le site du World concil of optometry

 

Voir ici le site de L'ECOO The European Council of Optometry and Optics (ECOO) 

12.12.2014 : Augmentation de la rémunération minimale versée au stagiaire.

Publié le 03.12.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Un employeur qui accueille un stagiaire plus de 2 mois, consécutifs ou non, au cours de la même année scolaire ou universitaire, doit obligatoirement le rémunérer. En dessous de ce seuil de durée, la gratification est facultative pour l’employeur.

Cette obligation s’applique aux entreprises, aux administrations publiques, aux associations ou tout autre organisme d’accueil.

La gratification ne peut pas être inférieure à un plancher minimal, qui vient d’être revalorisé.

Date de signature de la convention de stage Gratification minimale par heure de stage Gratification mensuelle minimale L’indemnité ne peut pas être inférieure à
Jusqu’au 30 novembre 2014 2,875 € (3,00 € à partir du 01.01.2015) 436,05 € (455,01 € à partir du 01.01.2015) 12,5 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 23 x 0,125 = 2,875 (24 x 0,125 = 3,00 à partir du 01.01.2015)
Entre le 1er et le 31 décembre 2014 3,1625 € (3,30 € à partir du 01.01.2015) 479,66 € (500,51 € à partir du 01.01.2015) 13,75 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 23 x 0,1375 = 3,1625 (24 x 0,1375 = 3,30 à partir du 01.01.2015)
Entre le 1er janvier 2015 et le 31 août 2015 3,30 € 500,51 € 13,75 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 24 x 0,1375 = 3,30
À partir du 1er septembre 2015 3,60 € 546,01 € 15 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 24 x 0,15 = 3,60

Le stagiaire n’étant pas considéré comme un salarié, il ne s’agit pas d’un salaire.

La gratification est mensuelle : elle doit être versée chaque mois, et non pas en fin de stage, et est due dès le premier jour du stage.

Son montant minimal est forfaitaire et n’est pas calculé en fonction du nombre de jours ouvrés dans le mois. Il est calculé sur la base d’un temps complet correspondant à 35 heures hebdomadaires, soit 151,67 heures par mois.

10.12.2014 : Selon L'ARGUS de l'ASSURANCE un contrat santé responsable : une circulaire avant la fin de l’année.

Les pouvoirs publics préparent une circulaire afin de répondre aux nombreuses questions que pose le nouveau cahier des charges des contrats d'assurance complémentaire santé dits responsables. Elle devrait tout particulièrement aborder la période transitoire pour les contrats collectifs ainsi que le traitement fiscal et social des surcomplémentaires.

Source l' ARGUS DE L'ASSURANCE

 

10.12.2014 : VU dans Le QUOTIDIEN DU MEDECIN:

Aucun calendrier arrêté pour l’examen parlementaire du projet de loi de santé, affirme le ministère.

Le ministère de la santé affirme ce mardi au"quotidien"qu'

« aucun calendrier n’est arrêté pour l’examen du projet de loi de santé au Parlement ». Dans l’entourage de Marisol Touraine, on ne confirme pas l’hypothèse d’un report en avril, après les élections départementales des 22 et 29 mars, évoquée ce mardi dans « Les Échos ». Il n’est pas question d’entériner un report puisqu’il a toujours été question d’une discussion parlementaire « début 2015 », ajoute le ministère. Tout est affaire de mots dans cet agenda élastique.

Voir ICI l'ARTICLE COMPLET

Source le Quotidien du médecin

09.12.2014 : Le plafond de la Sécurité Sociale 2015 paru au journal officiel :3 170 euros .

JORF n°0284 du 9 décembre 2014 page 20502
texte n° 34

 

Pour les rémunérations ou gains versés à compter du 1er janvier et jusqu'au 31 décembre 2015, les valeurs mensuelle et journalière du plafond de la sécurité sociale mentionnées à l'article D. 242-17 du code de la sécurité sociale sont les suivantes :


- valeur mensuelle : 3 170 euros ;
- valeur journalière : 174 euros.

Article 2

Source Legifrance

09.12.2014 : "ça change tout, une paire de lunettes".

Et si vous voulez aider à développer les actions de :Vision Solidarité Développement

Recommandez cette page sur :

02.12.2014 :Cotisations sociales La DADS (déclaration annuelle de données sociales) doit être effectuée avant le 31 janvier 2015.

Chaque employeur relevant du régime général de la Sécurité sociale est tenu d’établir avant le 31 janvier de chaque année une DADS (déclaration annuelle de données sociales), qui récapitule les rémunérations brutes versées aux salariés, sur lesquelles sont acquittées les cotisations patronales et salariales.

La DADS peut être effectuée en ligne :

  • sur www.net-entreprises.fr, si l’entreprise dispose d’un logiciel de paie compatible avec la norme N4DS,
  • ou sur www.e-ventail.fr (DADSNET)

Les employeurs qui utilisent le titre emploi service entreprise (Tese) ou le chèque emploi associatif pour rémunérer leurs salariés n’ont pas à effectuer de DADS, qui est établie directement par les centres de traitement.

À défaut ou en cas de retard, une pénalité de 7,50 € par salarié est appliquée, dans la limite de 750 €.

Pour en savoir plus

Source Legifrance.

28.11.2014 : Selon les Echos, Santé : les majorations suivent les dépenses de santé.

Sans surprise là non plus, les prix de la complémentaire santé poursuivent leur ascension. La faute à l'augmentation tendancielle des dépenses de santé. La majorité des hausses annoncées se situent entre 2 et 3 %, la Matmut (0 %) et la Macif (+ 0,8 %) se distinguent. Le marché reste dans l'expectative quant à l'impact de la réforme des contrats « responsables ». « Nous pensons qu'ils vont renchérir les prix », estime Stéphane Dessirier.

En assurance collective, un élément va jouer : l'extension de la portabilité des droits - la période durant laquelle une personne ayant quitté l'entreprise peut continuer à bénéficier de son contrat - de 9 à 12 mois. « Nous en avions déjà tenu compte dans nos tarifs 2014, mais à hauteur d'une demi-année, puisque la mesure était effective au 1er juin. Cela va représenter un surcoût de 2,5 % en 2015 », indique Jean-Pierre Diaz, directeur assurances santé-prévoyance chez AG2R La Mondiale. Le groupe augmentera ses prix de 5 % en moyenne sur les contrats collectifs et de 2,5 à 3 % en individuel.

Source LES ECHOS

 

************************************************

On peut se poser la question des remboursements santé soumis au plafond de la sécurité sociale revu chaque année et fait augmenter les remboursements et cotisations.

 

PMSS 2014 : 3129 €  pour un PMSS 2015 estimé à  3170 € soit une revalorisation de 1.3 %.

 

Cette façon de calculer les remboursements par rapport

 au PMSS ne peut être qu'inflationniste sur le coût des cotisations et indiquer les remboursements en euros plutôt qu'en pourcentages souvent incompréhensibles pour les adhérents des contrats santé pourrait être une façon de réduire les augmentations prévues par certaines caisses complémentaires.

 

 

 

27.11.2014 : Reconnaissance de l'opticien-optométriste, que faut t'il de plus en France par rapport aux pays européens ?

Afin de faire évoluer notre profession aux besoins actuels, nous nous efforçons de faire comprendre qu'en France l'optique est une filière de haute qualité et reconnue en Europe et dans le monde.

 

Voici un exemple : les études faites par des opticiens afin d'optenir le diplôme européen d'optométrie élaboré par l'institut des sciences de la vision.

 

Faîtes connaître cela, et les français comprendrons mieux que l' Opticien ou  l'Opticien-optométriste est une personne qualifiée, responsable, capable de fournir des services pour la santé visuelle de la population.

 

Oui en France! L'Opticien-optométriste doit avoir le droit d'être reconnu !.

 

Voir ICI l'ensemble du programme 

 

Source Institut des sciences de la vision

27.11.2014 : Les contrats ANI responsables, les complémentaires  les peaufinent.

Dans l'Argus de l'assurance, on peut lire que suite à la publication au Journal officiel, le 19 novembre dernier, le décret sur les contrats santé responsables, cumulé aux effets du socle Ani, va changer le visage de l'offre commerciale présente sur le marché de la santé collective. Pour y faire face, certains acteurs du marché se mettent d'ores et déjà en ordre de marche. Tel est le cas du premier courtier grossiste français April, qui devrait très prochainement présenter un produit «Ani responsable». Françoise Louberssac, directrice d'April Entreprise Prévoyance, revient pour l'Argus de l'assurance sur cette évolution de marché et sur le positionnement que compte prendre le groupe lyonnais.

Voir Ici la publication

 

Il faut s'interroger sérieusement à la montée en puissance de ces contrats de base ou ANI qui n'offriront qu'un socle minimum et pourront avoir une incidence non négligeable sur l'offre de soins surtout en optique si les particuliers et entreprises ne choississent que ce type de contrat minimaliste.

Certes, chacun pourra choisir des surcomplémentaires ou options, mais à quel prix ! . L'optique pourrait en faire les frais, le choix de ne pas prendre cette option ou de la valoriser étant donné son coût dans les contrats fera que certains se feront leur propre cagnotte pour acheter leurs équipements optique sans en attendre un remboursement à la hauteur des dépenses.

 

On peut se poser la question, si ce n'est pas une chose voulue  sous couvert de faire baisser les prix des contrats de santé avec des socles à moins de 20€ par mois.

 

La santé pour tous certainement, mais la santé beaucoup plus chère c'est une évidence, dans l'achat de contrats ANI et de  surcomplémentaires, dont certaines plus largement taxées.

 

 

24.11.2014 : Exonération de CFE des nouvelles entreprises : déclaration à faire avant le 31 décembre.

La cotisation foncière des entreprises (CFE) étant due par les entreprises qui exercent leur activité au 1er janvier de l’année, les entreprises créées (y compris les nouveaux auto-entrepreneurs) ou reprises en cours d’année n’y sont pas soumises durant cette année de création ou de reprise.

Attention, pour bénéficier de l’exonération la première année d’activité, le créateur ou repreneur doit impérativement déposer la déclaration 1447-C-SD (cerfa n°14187*05) avant le 31 décembre.

Le dégrèvement concerne :

  • la création ou la reprise d’un établissement en cours d’année (sauf s’il s’agit d’un transfert total de l’activité professionnelle dans la même commune),
  • un changement d’exploitant en cours d’année ou au 1er janvier de l’année suivante.

Si la cession de l’entreprise a lieu en cours d’année, c’est le cédant qui est redevable de la CFE pour l’année entière. Il doit déclarer le changement d’exploitant avant le 31 décembre.

Si le changement prend effet au 1er janvier de l’année suivante, c’est le nouvel exploitant qui est imposé sur les bases de l’activité de son prédécesseur et qui doit effectuer la déclaration avant le 31 décembre de l’année de cession.

Ensuite, lors de la 1e année d’imposition (2e année d’activité), la nouvelle entreprise bénéficie d’une réduction de moitié de la base d’imposition.

La CFE est due par les entreprises ou les personnes qui exercent de manière habituelle une activité professionnelle non salariée, quel que soit leur statut juridique, leur activité ou leur régime d’imposition.

21.11.2014 : Communiqué de presse UDO sur le décret de la loi de financement de la sécurité sociale.

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Décret LFSS 2014 du 18 novembre 2014

Le décret d’application de l’article 56 de la LFSS 2014, concernant le plafonnement des garanties pour les contrats responsables est enfin publié, 8 mois après son annonce.

La Direction de la Sécurité Sociale a consulté l’ensemble des acteurs concernés : syndicats opticiens, OCAM et fabricants.

L’UDO a combattu le projet initial et aujourd’hui la publication confirme les quelques avancées obtenues :

  • Le remboursement de la monture sera plafonné à 150€, ce qui semble une moyenne convenable avec un prix moyen marché de 120€ (source GFK/Baromètre de l’optique).

  • Les remboursements sont catégorisés en 6 niveaux, cela reste difficile à comprendre pour l’assuré et on ne voit pas la notion de transparence largement souhaitée par tous. Le niveau plancher des remboursements va permettre un équipement basique sans reste à charge pour tous : déjà certains opticiens proposent des offres commerciales compatibles. Les plafonds des remboursements ont été améliorés, notamment avec la création de la catégorie « verres hypercomplexes », ce qui prouve le travail positif des différentes rencontres.

En revanche, le syndicat ne constate aucune avancée sur les points suivants :

  • la fréquence de remboursement, sauf exception, passe à 2 ans. Le syndicat y voit une contrainte pour les assurés, qui ne semblait pas nécessaire puisque le taux de renouvellement moyen est supérieur à 2 ans sur le marché français,

  • le décret étant applicable pour les nouveaux contrats à partir du 1er avril 2015 et pour les contrats en cours au plus tard à fin 2017, les achats seront plus compliqués pour les assurés souvent peu informés.

Le syndicat prend note des contraintes et des propositions complexes à comprendre pour les français, ce qui va probablement renforcer l’attrait pour les plateformes (avec réseaux) des OCAM qui travaillent sur les services et plus particulièrement sur les outils de communication auprès du grand public : sites , call center etc…

L’UDO alerte sur le risque pour les français de voir leurs remboursements optique diminuer sans baisse de cotisation de leur contrat santé. Le syndicat s’étonne de l’action du gouvernement qui au travers d’une loi de financement du régime obligatoire (LFSS 2014), va imposer et niveler les remboursements optiques des assurances complémentaires.

L’UDO craint la mise en place d’une politique de« soins à 2 vitesses » avec les propositions de « sur-complémentaires » qui vont nécessairement être mises en place.

Nous rappelons que l’Union des Opticiens a toujours défendu la liberté du client avec la possibilité de reste à charge pour garantir le vrai choix de l’équipement.

C’est pourquoi, le syndicat craint une baisse de la qualité des équipements qui pénalisera in fine les français, aussi il continuera à se battre pour que l’opticien puisse conseiller le client afin de lui  permettre la meilleure vue et le meilleur confort dans tous les moments de sa vie.          

Le 20 novembre 2014

Catherine de la BOULAYE

Présidente

 

 

20.11.2014 : Remboursement des dispositifs médicaux : la double peine pour certains assurés sociaux.

COMMUNIQUE DE PRESSE par le CISS,60 millions de consommateurs et Santéclair.

De profondes inégalités de prise en charge par l’Assurance maladie
L’an dernier, les Français ont dépensé 13 milliards d’euros pour des produits et prestations de santé divers :
lunettes, mais aussi prothèses auditives, fauteuils roulants, appareils respiratoires, pansements spécifiques,
semelles orthopédiques… Sur ce total, 5,7 milliards seulement ont été remboursés par l’Assurance maladie,
et 7,3 milliards sont restés à la charge des particuliers ou de leur complémentaire santé.

 

Voir le document en son entier ICI

20.11.2014 : Le Pére NOEL sera t'il généreux ? Cadeaux et bons d’achat de Noël : conditions d’exonération des charges sociales

Publié le 17.11.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Les bons d’achat et cadeaux alloués aux salariés par le comité d’entreprise (ou directement par l’employeur dans les entreprises de moins de 50 salariés sans comité d’entreprise) sont exonérés des cotisations et contributions de Sécurité sociale, lorsque leur montant global ne dépasse pas 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale, soit 156 € pour 2014 (contre 154 € pour 2013).

Ce plafond permettant l’exonération s’apprécie par salarié et par enfant jusqu’à 16 ans révolus dans l’année civile. Si les deux conjoints travaillent dans la même entreprise, le seuil s’apprécie pour chacun d’eux.

Ces bons d’achat peuvent être distribués à l’occasion des fêtes de fin d’année ou d’autres événements concernant directement le salarié : naissance, mariage ou Pacs, départ en retraite, fête des mères et des pères, Sainte-Catherine, Saint-Nicolas ou rentrée scolaire.

19.11.2014 :OPTOMETRIE, ORTHOPTIE ? C'est quoi exactement ? On mélange souvent les deux, mais ce sont deux spécialités différentes.

Définition Larousse :

ORTHOPTIE

Spécialité paramédicale ayant pour but d'évaluer et de mesurer les déviations oculaires, puis d'assurer la rééducation des yeux en cas de troubles de la vision binoculaire : strabisme, hétérophorie (déviation des axes visuels) ou insuffisance de convergence.

 

OPTOMETRIE

Ensemble des procédés destinés à étudier la réfraction de l'œil, à mesurer les anomalies de cette réfraction (myopie, hypermétropie, presbytie, astigmatisme) et à déterminer la formule des verres destinés à les corriger.

 

Qui fait quoi ? On évitera ainsi de confondre ! mais un lapsus est vite arrivé !

L'orthoptiste :

L'orthoptie a pour vocation le dépistage, la rééducation, la réadaptation et l'exploration fonctionnelle des troubles de la vision. L'orthoptiste s'intéresse par exemple aux strabismes, aux paralysies oculomotrices, aux amblyopies, à la rééducation des troubles de la vision binoculaire et fonctionnelle, à la rééducation des dyspraxies visuo-spatiales, aux basses visions et aux troubles perceptifs visuels. L'orthoptiste travaille en collaboration très étroite avec les ophtalmologistes et les opticiens (les « trois O » : ophtalmologistes, orthoptistes et opticiens). Cependant, dans des cas plus complexes il travaille aussi en collaboration avec des psychomotriciens, des ergothérapeutes, des neurologues, des orthophonistes…

 
L'optométriste :

Le terme optométrie vient des mots grecs ὄψις (opsis; « vue ») et μέτρον (metron; « quelque chose servant à mesurer », « mesure », « règle »). La racine du mot opto, est une forme abrégée dérivé du mot grec, Ophthalmos, signifiant, « l'œil ».

Selon la définition du World Council of Optometry, la seule définition internationale existante[1], les optométristes sont :

« Les professionnels de santé de l'œil et du système visuel qui assurent un service oculaire et visuel complet, qui inclut la réfraction et la fourniture des équipements optiques, la détection/diagnostic, le suivi des maladies oculaires et la réhabilitation du système visuel. »

La réglementation de l'optométrie est variable d'un pays à l'autre. Certains pays la reconnaissent et d'autres non[2].

Voir ici le dossier :http://fr.wikipedia.org/wiki/Optom%C3%A9trie

 
Source WIKIPEDIA

Voir les :  ANNONCES PRESSE UDO

Recommandez cette page sur :