02.07.2015 : Ce n'est que le début des vacances scolaires et déjà on pense à la rentrée ! 

De nombreux médias et études nous alertent sur les problèmatiques visuelles de nos enfants.

Un enfant grandit vite, et sa vision peut changer aussi rapidement et c'est peut être le votre.

Pour une année scolaire sereine, pensez à vérifier la bonne santé des yeux de vos enfants.

Selon la Faculté de médecine "En effet, les troubles de la vision peuvent empêcher l'enfant d'être à l'aise à l'école, de bien se concentrer et d' apprendre avec aisance."

 

Dès le plus jeune âge, la vision de l'enfant doit être contrôlée, il est estimé par la faculté de médecine* que 15 à 20% le nombre des enfants de moins de 6 ans atteints d’une anomalie visuelle (environ 1 enfant sur 6), soit 135000 enfants par tranche d’âge en France, ce qui représente 800000 enfants qui devraient être suivis par un ophtalmologiste.

Source Faculté de médecine Pierre et Marie CURIE.

 

Afin d'éviter des difficultés scolaires qui peuvent être dues à des troubles visuels, afin d'entamer une année scolaire en toute sérénité, il est important de conseiller une visite de contrôle chez un ophtalmogiste. 

 

Top Santé.com l'a d'ailleurs déjà commenté "Pour une année scolaire sereine, pensez à vérifier la bonne santé des yeux de vos enfants. En effet, les troubles de la vision peuvent empêcher l'enfant d'être à l'aise à l'école, de bien se concentrer et d' apprendre avec aisance.""

Les parents doivent être vigilants dès la maternelle

Le système visuel de l'enfant se développe progressivement jusqu'à l'âge de 6 ans. Les premiers problèmes de vue se révèlent à l'école, mais leur détection est compliquée à cet âge car l'enfant ne se plaint pas forcément de voir flou mais plus souvent de maux de tête.

«Pourtant, il est impératif que celui-ci soit pris en charge par un ophtalmologiste avant ses 6 ans dans le cas où il aurait des problèmes de vue. Dès l'âge de 2 ans, les parents doivent donc être très attentifs à la vision de leur enfant » rappelle l'AsnaV.

Il est donc recommandé de lui faire consulter un ophtalmologiste dès la maternelle puis à 6 ans, lors de son entrée en cours de CP."

Source Top Santé.com

 

L' Union Des Opticiens recommande aux opticiens d'informer leurs clients de la nécessité aux parents de faire contrôler la vue de leurs enfants régulièrement chez leur ophtalmologiste. profitons des vacances où l'on a un peu plus de temps libre pour s'occuper aussi de la santé des enfants, sans oublier de leur faire porter des lunettes de soleil de bonne qualité afin de ne pas avoir des complications dû au rayonnement solaire; c'est aussi un acte de prévention. 

En cas de douleurs, de démangeaisons, il est fortement conseillé de consulter votre spécialiste. Voir ICI dans le Guide de la vue.fr

 

Où trouver un spécialiste ? le site Améli de l'assurance maladie vous aide dans votre recherche ICI

 

Recommandez cette page sur :

01.07.2015 : Enfin ! la France 1er pays au monde ! Une ordonnance médicale sera obligatoire pour tout achat de lunettes correctrices.

Opticiens, il va falloir vous y faire ! Mais nous savons nous adapter depuis le temps que notre profession est sous les feux de rampe.

Prochainement lors de la parution du décret de loi, vous devrez être en possession d'une ordonnance valide (3 ans pour adultes, à chaque renouvellement pour les enfants) pour que votre client puisse acheter une paire de lunettes de vue.

Qu'il soit Français ou étranger, demandant un remboursement ou pas, qu'il ait une urgence (casse, perte) etc...

Une amende de 3750€ par dossier pourrait vous être infligée en cas de non justification de cette ordonnance.

 

Maintenant c'est le temps de l'anticipation, il faudra prévenir vos clients afin qu'ils puissent avoir ce précieux sésame pour l'achat des lunettes de vue, qu'ils prennent suffisamment tôt un rendez-vous chez leur ophtalmologiste qui leur effectuera cet examen et certainement un contrôle de la santé oculaire afin d'éviter certains problèmes de vue avec cet acte de prévention.

 

Que faire en cas d'urgence ou avec les personnes étrangères désirant acheter des lunettes de vue dans notre pays sans ordonnance?

C'est là tout le problème, essayez d'avoir un rdv d'urgence chez votre ophtalmologiste local, sinon comme le conseille le Président du SNOF proposez qu'il achéte des lunettes loupes, qui ne sont pas satisfaisantes au point de vue optique, et qui ne sont pas aptes à corriger toutes les amétropies ! Sinon, il faudra se résoudre à perdre la vente ou à être "hors la loi" (ce que nous ne vous conseillons pas ! ).

 

Nous ne pouvons que nous féliciter d'avoir enfin maintenant en France le meilleur service de santé publique au niveau visuel, chacun par le passage obligé d'avoir cette ordonnance pour l'achat de lunettes de vue, d'être dépisté par l'ophtalmogiste lui même, apte à déceler les pathologies que nous pouvons avoir . 

 

Nous vous informerons, lors de la parution du décret. Actuellement le texte de loi actuel est encore en vigueur.

 

 

30.06.2015 :L' Union Des Opticiens réaffirme son soutien à la prévention des affections oculaires.

Fréquence Optic dans son information parue sur son site :OBLIGATION D'ORDONNANCE : LES OPHTALMOS MAINTIENNENT LA PRESSION

 

nous indique clairement la volonté de prévenir, dépister, les problèmes oculaires par les instances médicales ce qui va de soi, et l' Union Des Opticiens bien entendu, conscient de l'importance de dépistages ne peut qu'abonder dans ce sens et recommande à tous ses adhérents ou non, opticiens, opticiens-optométristes, lecteurs de ce site, de relayer l'information de prévention, primordiale pour la bonne santé oculaire de tous. 

 

Il est important qu'en magasin le message soit effectif auprès des clients qu'une visite chez un ophtalmologiste régulière doit être faite afin de palier à ce problème de santé non régulé à ce jour.

 

Ne soyons pas que des "vendeurs de lunettes " comme certains peuvent le prétendre mais des professionnels de santé, reponsables, intégrés dans la filière visuelle. Vous aussi sauverez la vue de milliers de personnes en leur indiquant que la visite auprès d'un ophtalmologiste est fortement conseillée s'il en a jamais faite et d'ailleurs prochainement obligatoire pour obtenir une paire de lunettes de vue (Décret à parution).

 

pour plus de renseignements les sites cités:

SFO

SFG

SNOF

 

 

 

 

 

 

"La dégénérescence maculaire est la première cause de cécité au-delà de 65 ans et touche plus d’un million de personnes en France. L’identification d’une forme précoce, souvent non symptomatique permet de rappeler les mesures de prévention et d’insister sur les signes qui feraient craindre une évolution de la maladie. Le glaucome, deuxième cause de cécité dans le monde est également une maladie cécitante irréversible dont le diagnostic est fait par le médecin ophtalmologiste. Le glaucome concerne environ un million de personnes en France, dont seulement 600 000 sont aujourd’hui dépistées et traitées". Dans leur communiqué commun, la SFO et la SFG font encore valoir que ce sont environ 400 000 personnes supplémentaires qui présenteraient la maladie sans le savoir. "Parmi les personnes dépistées, un tiers l’est à un stade tardif. La détection de ces maladies à un stade précoce permet de limiter leur risque d’évolution vers la cécité."

Source Fréquence optic 

30.06.2015 :Décret n° 2015-773 du 29 juin 2015 portant création d'une aide en faveur des très petites entreprises embauchant des jeunes apprentis .

NOR: ETSD1514162D
ELI: http://legifrance.gouv.fr/eli/decret/2015/6/29/ETSD1514162D/jo/texte 
Alias: http://legifrance.gouv.fr/eli/decret/2015/6/29/2015-773/jo/texte


Publics concernés : entreprises de moins de onze salariés.
Objet : création d'une aide en faveur des très petites entreprises embauchant des jeunes apprentis.
Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.
Notice explicative : le présent décret a pour objet de créer une aide en faveur des très petites entreprises embauchant des jeunes apprentis (aide « TPE jeunes apprentis »).

Cette aide forfaitaire, versée par l'Etat, est fixée à 4 400 euros au titre de la première année du contrat d'apprentissage signé par un jeune mineur employé par une entreprise de moins de onze salariés. Elle est cumulable avec les autres dispositifs de primes et d'aides existantes. Elle a pour objectif d'augmenter le recrutement d'apprentis préparant un CAP, un baccalauréat ou un brevet professionnel.

 

Voir le décret complet ICI

30.06.2015 : Mise en place du tiers payant intégral pour les bénéficiaires de l 'ACS au 01.07.2015.

L'optique et l'audioprothèse concernés par cette réglementation.

Afin de mieux comprendre visiter le site de l' ACS ICI.

Optique : sur prescription médicale, un équipement de lunettes (monture et verres) par période de deux ans
pour les mineurs ou en cas d'évolution de la vue : prise en charge d'un équipement par période d'un an
Monture + deux verres simples 100% Part AMO + 100 € Part AMO +150 
Monture + deux verres complexes 100% Part AMO + 200 €  Part AMO +350 
Monture + un verre simple + un verre complexe 100% Part AMO + 150  Part AMO +250 
Lentilles de contact (sur prescription médicale en cas de d'astimagtisme irrégulier, myopie égale ou supérieure à 8 dioptries, strabisme accomodatif, aphakie, anisométropie à 3 dioptries, kératocône : forfait annuel de 39,48 € par œil) 100% (forfait annuel de 39,48  par œil) Part AMO + 100  (forfait annuel pour les deux yeux) Part AMO +100  (forfait annuel pour les deux yeux)
Prothèses auditives
Prothèses auditives (rembousement sur la base d'un tarif variant en fonction de l'âge et du handicap) 100% 100% Part AMO + 450 € par prothèse

Recommandez cette page sur :

23.06.2015 : Les montures de lunettes optique à la norme ? Une enquête est en cours à l'AFNOR et les professionnels peuvent y répondre.

Madame, Monsieur,

Savez-vous que vous pouvez influer sur le contenu des normes qui vous concernent ? En tant que professionnel du secteur, vous pouvez donner votre avis sur les projets de normes lors du lancement d'une enquête publique. Nous faire part de vos commentaires est pour vous le moyen de suivre les évolutions de votre marché et d'en être un acteur.

AFNOR et la Commission de Normalisation
Montures de lunettes

vous proposent de répondre à l'enquête publique
sur le(s) projet(s) de norme :


PR NF EN ISO 12870
Optique ophtalmique - Montures de lunettes - Exigences et méthodes d'essai




A l'issue de la phase d'enquête, vos commentaires seront examinés lors de la réunion de dépouillement par les experts de la commission. Nous aurons le plaisir de vous inviter à cette réunion pour vous rencontrer et prolonger nos échanges avec nos experts.

En vous remerciant de votre collaboration .

Répondez à cette enquête jusqu'au
14 août 2015
 
 
 
 
votre contact
Electre GUILLIER

 electre.guillier@afnor.org 


répondre à l"enquête

D' autres consultations ont également lieu actuellement:

 

Cette consultation est adressée aux parties intéressées dans le domaine de l’instrumentation ophtalmique

 Savez-vous que vous pouvez influer sur les normes qui vous concernent ?

 

En tant que professionnel du secteur, vous pouvez donner votre avis sur les propositions de nouveau sujet à normaliser.

Nous faire part de vos commentaires est pour vous le moyen de suivre les évolutions de votre marché et d'en être un acteur.

 

L’instance internationale de normalisation dans le domaine « Optique et instruments ophtalmiques » a décidé de lancer 2 nouveaux sujets relatifs aux instruments ophtalmiques :

Révision de ISO 8596 : 2009 Optique ophtalmique - Essai d'acuité visuelle - Optotype normalisé et sa présentation

ISO/AWI 15253 Optique et instruments ophtalmiques – Dispositifs pour malvoyants (Révision de ISO 15253 : 2000 Dispositifs optiques pour malvoyants  et de ISO 15254 : 2009 Dispositifs électro-optiques pour malvoyants)

La commission de normalisation française AFNOR S10D « Instrumentation ophtalmique»  en charge de ces travaux est consultée à chaque étape du développement de ces travaux.

 

Comme ces sujets viennent d’être initiés, c’est l’opportunité pour les experts français de s’impliquer pour influer sur les normes de demain.

 

Si vous êtes intéressés pour rejoindre cette commission et participer à ces travaux, merci de contacter le secrétariat de la commission AFNOR S10D «  Instrumentation ophtalmique », Electre Guillier (electre.guillier@afnor.org) avant le 1er juillet 2015.

 

Restant à votre disposition pour tout complément d’information.

 

Cordialement,

 

Electre GUILLIER

Recommandez cette page sur :

Test d'Amsler

Ce simple test est utilisé pour dépister les signes avant-coureurs de la DMLA humide. Le test d’Amsler consiste en une grille composée de lignes verticales et horizontales placées à intervalles réguliers. Un petit point est imprimé au centre de la grille. La personne qui subit ce test doit fixer ce point. En commençant par ce point, la personne tentera de voir si elle perçoit des lignes floues ou si elle est incapable de voir certaines parties de la grille. Ce test est particulièrement utile pour contrôler sa vision à domicile.

Le test d’Amsler n’est pas un substitut aux examens oculaires à intervalles réguliers qui devraient avoir lieu au moins tous les deux ans et au moins une fois par année en ce qui concerne les personnes âgées de plus de 50 ans. (Il se peut que vous deviez subir des tests plus fréquemment selon les facteurs de risque de la DMLA qui sont vôtres.)

Cependant, si vous êtes préoccupé par la DMLA, et plus particulièrement si vous avez des antécédents familiaux de DMLA, si vous êtes âgé de plus de 50 ans, si vous présentez d’autres facteurs de risque de cette maladie, vous êtes invité à effectuer un test d’Amsler à intervalles réguliers. Apposez ce test sur votre réfrigérateur ou en tout autre endroit où vous passez fréquemment. De cette façon, vous vous rappellerez qu’il est important de le subir quotidiennement.

Pour obtenir de plus amples informations :

Instructions
  1. Installez-vous dans une zone bien éclairée et placez la grille au niveau de l’œil à une distance confortable. Vous pouvez trouver pratique de fixer la grille au mur et de vous placer à 30 ou 35 centimètres de celle-ci (ce qui représente généralement une bonne distance de lecture).
  2. Si vous portez des lunettes, ne les enlevez pas. S’il s’agit de doubles foyers, utilisez la portion inférieure ou la section de lecture de vos lentilles.
  3. Couvrez un œil et regardez le point qui se trouve au centre de la grille. Notez comment vous percevez les lignes et les carreaux et si certains d’entre eux présentent des distorsions ou des brisures. Portez aussi une attention particulière au point central, une partie du point ou une partie des lignes ont-elles disparu? Veuillez noter que des images doubles ou embrouillées peuvent ne pas nécessairement être anormales. L’utilisation de doubles foyers progressifs sans démarcation peut présenter une certaine forme de distorsion de la grille.
  4. Effectuez un test similaire avec l’autre œil.
Le tout vous demandera environ 10 secondes. Effectuez ce test quotidiennement ou aussi souvent que vous l’a recommandé votre professionnel des soins de la vue.
 
N'oubliez pas que si vous éprouvez certains des changements suivants, il vous faut prendre immédiatement rendez-vous avec votre spécialiste des soins de la vue :
  • Zones grises ou embrouillées
  • Lignes droites qui semblent ondulées ou déformées
  • Tâches aveugles ou points dans certaines zones de la grille

Si vous êtes déjà atteint de DMLA de type humide

Les personnes chez qui on a déjà diagnostiqué une DMLA de type humide devraient effectuer le test d’Amsler quotidiennement afin de vérifier tout changement de vision. La première fois, inscrivez toute zone de distorsion, toute zone grise ou embrouillée, ainsi que toute tâche aveugle au crayon, et ce, directement sur la grille. Ceci vous servira de base pour chaque œil. (Vous devriez utiliser une grille distincte pour chacun des yeux et les conserver.) Chaque jour suivant, répétez le test. Si vous constatez de nouvelles zones de distorsion, de nouvelles lignes ondulées ou l’élargissement de toute tâche aveugle (particulièrement vers le centre de la grille), consultez le plus rapidement possible votre spécialiste des soins de la vue.
 
Voici un test d’Amsler normal :
 Image d’un test Amsler normal
 
Voici ce que pourrait représenter
un test d’Amsler altéré par la DMLA :
 Image d’un test Amsler représentatif de la DMLA
 

Retour au haut de la page

 

En cas de doute consulter rapidement votre ophtalmologiste.

 

Source : http://www.cnib.ca/fr/vos-yeux/maladies-oculaires/dmla/diagnostiquer/test-Amsler/pages/default.aspx

Recommandez cette page sur :

22.06.2015 : Nos champions ont besoin de l'optométrie, chacun d'entre nous aussi !

Recommandez cette page sur :

12.06.2015 : Les devis d'optique bientôt normalisés comme ceux de l'audioprothèse ?.

L'amendement N° SPE661 ET SON ARTICLE 11 QUATER B propose: 

Rétablir cet article dans la rédaction suivante :

I. – Le code de la sécurité sociale est ainsi modifié :

1° L’article L. 165-9 est ainsi modifié :

a) Le premier alinéa est ainsi rédigé :

« Le professionnel de santé qui délivre au public un produit ou une prestation d’appareillage des déficients de l’ouïe ou d’optique-lunetterie inscrit sur la liste mentionnée au premier alinéa de l’article L. 165-1 remet à l’assuré social ou à son ayant droit, avant la conclusion du contrat de vente, un devis normalisé comportant le prix de vente de chaque produit et de chaque prestation proposés ainsi que les modalités de prise en charge par les organismes d’assurance-maladie obligatoire et, le cas échéant, complémentaires. » ;

b) Le deuxième alinéa est ainsi modifié :

- les mots : « l’audioprothésiste » sont remplacés les mots « Le professionnel de santé qui délivre au public un produit ou une prestation d’appareillage des déficients de l’ouïe ou d’optique-lunetterie » ;

- sont ajoutés les mots : « ainsi que les informations permettant d’assurer l’identification et la traçabilité des dispositifs médicaux fournis » ;

c) Le troisième alinéa est ainsi rédigé :

« La note et les informations d’identification et de traçabilité sont transmises à l’organisme de sécurité sociale auquel est affilié l’assuré. » ;

d) Le dernier alinéa est remplacé par deux alinéas ainsi rédigés : 

« Le contenu et la présentation du devis et de la note sont fixés par un arrêté pris dans les conditions prévues à l’article L. 113-3 du code de la consommation.

« Les informations permettant d’assurer l’identification et la traçabilité sont fixées par un arrêté conjoint des ministres chargés de la santé, de l’économie et de la sécurité sociale. » ;

2° Après l’article L. 165-9, il est inséré un article L. 165-9-… ainsi rédigé :

« Art. L. 165-9-... – Les manquements aux obligations prévues à l’article L. 165-9 sont passibles d’une amende administrative dont le montant ne peut excéder 3 000 € pour une personne physique et 15 000 € pour une personne morale. L’amende est prononcée dans les conditions prévues à l’article L. 141-1-2 du code de la consommation. »

II. – Le III de l’article L. 141-1 du code de la consommation est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« 16° De l’article L. 165-9 du code de la sécurité sociale. »

EXPOSÉ SOMMAIRE

L’article 11 quater B vise à compléter les dispositions de l'article L. 165-9 du code de la sécurité sociale qui concerne la délivrance de dispositifs médicaux en précisant l'obligation faite aux audioprothésistes et aux opticiens de remettre un devis détaillé avant la vente.

Afin de clarifier l’interprétation et la mise en œuvre de cette disposition par les professionnels, cet amendement propose de préciser d’une part que cette délivrance est le fait de professionnels de santé, et d’autre part que cette disposition ne s’appliquera qu’aux seuls dispositifs figurant sur la liste des produits et prestations remboursables par l'assurance-maladie, faute de quoi l’établissement d’un devis obligatoire pourrait être sollicité pour des produits non-remboursés, tels que des lunettes-loupes ou des assistants d’écoute simples, ce qui n’est pas nécessaire.

Par ailleurs, il est précisé que, le cas échéant, les modalités de prise en charge par les organismes d’assurance-maladie complémentaires figureront sur le devis.

Cet amendement vise en outre s’agissant des pouvoirs de recherche et de constatation des manquements à l’article L. 165-9 du code de la sécurité sociale, et des sanctions administratives pouvant y être appliquées, à effectuer une coordination entre ce code et le code de la consommation en insérant un 16° au III de l’article L.141-1.

L' Union des Opticiens a toujours soutenu la transparence la plus complète pour la vente des produits d'optique et la traçabilité de ce qui est vendu, le devis est l'acte qui doit indiquer clairement ce que le client va acheter.

 

Le devis actuel "détaillé" est déjà très complet et il est compris par l'ensemble de nos clients, le complexifier le rendra plus difficile à comprendre surtout par la population plus agée.

 

La mise en place de la mention des modalités de prises en charge par les complémentaires santé lors de l'établissement du devis sera certainement plus difficile; en effet certaines complémentaires santé ne communiquent pas le remboursement des frais d'optique aux opticiens directement ou le font dans un délai plus ou moins long ce qui empéchera toutes ventes dites "dans l'heure" ou la vente directe sur internet.

 

Notons aussi que de différencier les produits du service associé sera pratiquement impossible dans la comparaison de devis, les différences des magasins sont telles que cela engendrera des disparités importantes entre les centres d'optique.les charges ne sont pas identiques pour tous; par exemple un magasin situé dans une artère importante de Paris n'aura pas les mêmes charges qu'un magasin situé dans un quartier plus éloigné du centre ville, de même que des magasins employant plusieurs salariés par rapport à un magasin tenu par un seul. les exemples sont nombreux.

Détailler oui, simplifier aussi pour la bonne compréhension de tous.

 

Recommandez cette page sur :

29.05.2015 : Les opticiens seront soumis à des amendes de 3750 €uros en vendant des lunettes sans ordonnance.

Article L4362-10 En savoir plus sur cet article...

Modifié par LOI n°2014-344 du 17 mars 2014 - art. 39 (V)

La délivrance de verres correcteurs est subordonnée à l'existence d'une prescription médicale en cours de validité.

Les opticiens-lunetiers peuvent adapter, dans le cadre d'un renouvellement, les prescriptions médicales initiales de verres correcteurs datant de moins de trois ans dans des conditions fixées par décret, à l'exclusion de celles établies pour les personnes âgées de moins de seize ans et sauf opposition du médecin.

La délivrance de verres correcteurs de puissance significative est soumise à une prise de mesure.

L'opticien-lunetier informe la personne appareillée que l'examen de la réfraction pratiqué en vue de l'adaptation ne constitue pas un examen médical.

NOTA: Loi n° 2014-344 du 17 mars 2014 article 39 III et IV : Le premier alinéa de l'article L. 4362-10 du code de la santé publique, dans sa rédaction résultant de la présente loi, entre en vigueur à une date fixée par décret et au plus tard le premier jour du dix-huitième mois à compter de la publication de la même loi. Jusqu'à cette date, le troisième alinéa de l'article L. 4362-9 du même code, dans sa rédaction antérieure à ladite loi, demeure en vigueur.

Le troisième alinéa du même article L. 4362-10, dans sa rédaction résultant de la présente loi, entre en vigueur à une date fixée par décret et au plus tard le premier jour du vingt-quatrième mois à compter de la publication de la même loi.

Article L4363-4 En savoir plus sur cet article...

Modifié par LOI n°2014-344 du 17 mars 2014 - art. 39 (V)

Est puni de 3 750 € d'amende le fait de délivrer ou de vendre :

1° Des lentilles de contact oculaire correctrices en méconnaissance des conditions de délivrance à un primo-porteur mentionnées à l'article L. 4362-9-1 ;

2° Des verres correcteurs en méconnaissance de l'article L. 4362-10 ;

 

3° Des lentilles de contact oculaire correctrices ou des verres correcteurs en méconnaissance des obligations à la charge des prestataires de vente en ligne mentionnées à l'article L. 4362-10-1.

Les opticiens devront avoir une ordonnance valide entre les mains pour pouvoir vendre une paire de lunettes optique pour n'importe quel client.

Même si celui-ci n'en demande pas le remboursement, qu'il soit Français ou étranger, même en cas d'urgence s'il a cassé ses lunettes par exemple. 

 

Ce serait une première mondiale ! 

 

Un rendez vous chez un ophtalmologiste sera obligatoire afin d'avoir l'ordonnance qui sera le sésame pour obtenir les lunettes.

 

Gageons que l'affluence dans les cabinets d'ophtalmologie fera croître encore plus le temps d'attente et que les personnes souffrant de problèmes visuels importants devront patienter encore plus avant de se faire soigner.

 

Oui il est important de voir son ophtalmologue pour vérifier la bonne santé de ses yeux régulièrement, mais il est aussi bien de pouvoir se procurer une paire de lunettes quand on en a besoin surtout en cas d'urgence.

 

Que dire aussi de nos amis étrangers qui veulent se faire plaisir en achetant en France et que nous allons devoir envoyer d'abord visiter l'ophtalmologiste ? ! Cela ne va t'il pas s'apparenter à un refus de vente !!!! 

 

Opticiens, il est encore temps de réagir en demandant la suppression de ce texte et de revenir à celui d'avant 2014 où cela était possible.

 

Il n'est pas concevable de se voir infliger des amendes pour avoir vendu une paire de lunettes, et éventuellement mettre en danger certaines personnes qui en ont un besoin urgent qui par manque de vision correcte peuvent provoquer des accidents ou se mettre en péril.

 

L'opticien est un professionnel de santé, qui par ses études, son diplôme est apte a faire une réfraction et de délivrer un équipement optique.

 

Rejoignez l' Union des Opticiens pour soutenir  cette abrogation et le rétablissement de nos compétences.

 

Merci de faire suivre pour que chacun puisse avoir connaissance de ce décret.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recommandez cette page sur :

27.05.2015 : Emplois saisonniers et stages : quelles obligations pour l’employeur ?

Publié le 26.05.2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

La période estivale est souvent propice pour les entreprises au recours à des emplois occasionnels : jobs d’été à partir de 14 ans, contrats saisonniers pour le tourisme ou les récoltes, contrats vendanges...

Attention, quelles que soient la nature et la durée du contrat de travail, il est obligatoire pour l’employeur d’effectuer une déclaration préalable d’embauche (DPAE). La DPAE doit obligatoirement être envoyée à l’Urssaf par l’entreprise avant l’embauche effective.

Type particulier de contrat saisonnier, le contrat vendanges permet de recruter pour les vendanges. Il est limité à 1 mois, mais un salarié peut en conclure plusieurs successivement, avec le même employeur ou un autre, sans dépasser 2 mois pour une année civile.

Le contrat vendanges constituant une dérogation, tous les salariés, y compris les salariés en congés payés et les fonctionnaires, peuvent être embauchés par le biais de ce contrat.

Durant l’été, les entreprises peuvent aussi accueillir des stagiaires dans le cadre d’un cursus scolaire ou universitaire. Cependant, aucune convention de stage ne peut être conclue pour remplacer un salarié, correspondant à un poste de travail permanent, pour faire face à un accroissement temporaire d’activité ou pour occuper un emploi saisonnier.

Pour les stagiaires en entreprise, non titulaires d’un contrat de travail, il n’y a pas de DPAE à effectuer. Cependant, une convention de stage doit obligatoirement être conclue entre le stagiaire, l’entreprise et l’établissement d’enseignement. L’entreprise doit tenir à jour la liste des conventions de stage conclues.

Le stagiaire doit obligatoirement recevoir une rémunération à partir de 2 mois de stage.

Pour en savoir plus

Recommandez cette page sur :

21.05.2015 : Certaines préenseignes interdites hors agglomération à partir de juillet 2015.

Publié le 13.05.2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

À partir du 13 juillet 2015, les préenseignes dérogatoires seront autorisées hors agglomération uniquement pour signaler :

  • la vente de produits du terroir par des entreprises locales,
  • les activités culturelles (spectacles vivants ou cinématographiques, enseignement, expositions d’art) et
  • les monuments historiques ouverts à la visite.

Elles seront totalement interdites en site classé et dans les agglomérations de moins de 10 000 habitants.

Les préenseignes dérogatoires signalant des activités utiles pour les personnes en déplacement (hôtels, restaurants, garages, stations-services...), liées à un service public ou d’urgence (pompiers, Samu, police nationale et gendarmerie) ou s’exerçant en retrait de la voie publique, qui étaient jusqu’alors autorisées, doivent être démontées avant le 13 juillet 2015.

Par ailleurs, à partir du 13 juillet 2015, une préenseigne dérogatoire doit respecter les obligations suivantes :

  • sa hauteur panneau inclus ne doit pas dépasser 2,20 mètres au-dessus du niveau du sol,
  • toute indication de localité qui y est mentionnée ne doit pas être complétée par une flèche ou une distance kilométrique,
  • elle doit être constituée uniquement d’un panneau plat rectangulaire,
  • si elle est visible d’une route nationale, départementale et communale, elle doit être positionnée sur le domaine public au-delà de 20 mètres du bord de la chaussée, ou sur une propriété privée au-delà de 5 m,
  • deux préenseignes dérogatoires au maximum peuvent être juxtaposées au-dessus l’une de l’autre sur un seul mât. Seuls les mâts mono-pieds sont autorisés, leur largeur ne pouvant excéder 15 cm.

Ces dispositions ne concernent pas les préenseignes installées dans une agglomération de plus de 10 000 habitants, ou dans une agglomération de moins de 10 000 habitants faisant partie d’une unité urbaine de plus de 100 000 habitants.

Sur Service-public.fr Pré-enseignes commerciales

17.04.2015 : Les opticiens et les conseils de prévention.

L' opticien est un acteur dans la filière de la prévention oculaire.

Il dispense les conseils à ses clients et favorise ainsi la connaissance de ceux-ci aux risques que peuvent avoir certains comportements.

 

Il faut conseiller à vos clients de contrôler régulièrement leur vue.

Les enfants de bas âges doivent avoir une visite chez l'ophtalmologue afin de dépister certains défauts visuels qui peuvent passer inaperçus.

 

Si l'enfant porte des lunettes, un contrôle régulier doit être fait chez l'ophalmologiste.

De même l'adulte, pour une première consultation, et pour le port de lentilles faire ces contrôles.

 

La protection du soleil est indispensable, protéger les enfants, les plus petits sont souvent oubliés !même dans les poussettes! il a souvent le soleil !  verifier que les lunettes de soleil soient de qualité (sigle C E ) et avec des indices de filtration d'au moins de 3. L'opticien est le meilleur spécialiste pour équiper sérieusement et proteger vos yeux du soleil et vous conseiller suivant l'utilisation (mer, montagne, sports particuliers etc,) .

 

En cas de rougeur, d'inflamation, de douleur, demander de consulter sans tarder un ophtalmologiste, ou un médecin, vous pouvez les contacter directement. 

 

Pour rappel : les ordonnances pour un enfant sont valables 1 an et dans certains cas 6 mois. il est interdit de délivrer des lunettes de vue à un enfant de moins de 16 ans sans ordonnance.

 

Une ordonnance pour les plus de 16 ans est valable 3 ans sauf si l' ophtalmologiste a mis une mention contraire. Pour les lentilles de contact, première ordonnance obligatoire et elle est valable 1 an (sauf mention contraire).

 

A ce jour, si votre ordonnance a moins de 3 ans et pour un adulte de plus de 16 ans, l'opticien peut contrôler la vision, et en cas de modification ( sauf si modification importante) il peut procéder à une adaptation de votre correction, l'ophtalmologiste en sera averti.

 

L'opticien ne doit pas hésiter à interroger l'ophtalmologiste en cas de doute, de modifications de corrections importantes, de gêne visuelle affectant la vision (déformation des lignes, vision partiellement atteinte, tâches noires dans le champ visuel etc.) de son client afin de convenir avec lui des dispositions que celui-ci doit prendre .

 

 

Des conseils de bon sens, à chaque client, à chaque visite, améliorera de façon significative sa bonne santé visuelle.

 

L'opticien est un professionnel de santé, la prévention et le conseil sont des éléments essentiels à vous faire reconnaître dans la filière visuelle.

 

NOUVEAU EN CLIQUANT SUR LE BOUTON "PREVENTION" VOUS POUVEZ PARTICIPER AUX CAMPAGNES DE PREVENTION et ainsi devenir acteur de la santé visuelle .

Recommandez cette page sur :

C'est décidé ! en 2015 j'adhère au syndicat de l'UDO.

Que vous soyez indépendants, sous enseigne, avec un seul magasin ou multi propriétaire, vous avez la possibilité d'adhérer à l'Union des Opticiens.

 

J'ai envie de savoir, de faire évoluer ma profession, de la défendre, d'avancer mes idées et donner mon avis, de m'investir, de faire avancer mon syndicat, de lui donner de la force.

 

Que l'on ne dise plus que le syndicat ne fait rien, n' a pas de bonnes idées, facile ! en n'étant pas adhérent !

 

Maintenant je m'engage, critiquer c'est bien, agir c'est mieux,  surtout quand on adhère et on participe.

 

La cotisation c'est moins de 30 euros par mois *

 

Je clique ICI et je peux dire maintenant "je sais ce que je fais et ferai pour mon syndicat et ce que fait et fera le syndicat pour la profession."

 

 A noter : L'UDO est le syndicat membre de l' ECOO représentant la France au niveau européen.

 

* L' UDO est consciente qu'une cotisation payable en seule fois peut être un frein pour adhérer et vous propose un réglement échelonné.

(renseignements au : 01 42 06 07 31.) ou par mail :Mail : udoinfo@orange.fr

Vous changez...nous aussi, évoluons ensemble.

 

Recommandez cette page sur :

Voir les :  ANNONCES PRESSE UDO

Recommandez cette page sur :