28.01.2015 : Un mieux mais qui a ses limites dans le Limousin pour avoir un rdv chez l'ophtalmologue.

Dans un article du journal Le populaire.fr "Ophtalmos : bientôt la fin de la galère pour prendre rendez-vous ?"

Depuis mi-janvier, une nouvelle organisation pour le contrôle de la vue a ouvert à la clinique Chénieux. Effet immédiat : le délai pour obtenir un rendez-vous avec un ophtalmologiste est tombé à trois mois.

Il y a encore quelque temps, il fallait six mois d'attente pour décrocher une visite de contrôle de la vue chez un ophtalmologiste de la clinique Chénieux. Et encore, quand le patient parvenait à obtenir le standard au bout du fil pour fixer ledit rendez-vous. Ce qui relevait de l'exploit…

Voir la suite de l'article ICI  http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2015/01/27/ophtalmos-bientot-la-fin-de-la-galere-pour-prendre-rendez-vous_11305706.html

"Un mieux" mais à relativiser, pour les habitants de Limoges, c'est certes plus facile, on gagne pour l'instant 3 mois de rendez-vous, quand sera t'il après la montée en puissance de ce système ?

Il faut penser aussi aux personnes extérieures à la ville et dans la région qui doivent se déplacer et ce n'est pas facile pour la plupart.

 

Le désert médical reste donc, étant donné que les orthoptistes travaillent dans la clinique et sous couvert de l'ophtalmologiste signataire de l'ordonnance.

 

Quel coût aussi pour cette ordonnance ? quelle rémunération pour ces deux spécialistes que le patient doit "voir" pour avoir une ordonnance pour se faire réaliser son équipement optique. une explosion tarifaire de l'acte est t'elle souhaitable pour se faire faire des lunettes que les opticiens et opticiens-optométristes de la région pourraient réaliser au plus près de leurs clients et sans une surcharge financière pour le client et la sécurité sociale qui a bien besoin d'économie. Leur compétence en réfraction étant leur coeur de métier.

 

Le temps dégagé par l'acte de réfraction confié aux opticiens permettrait aux  ophtalmologistes et orthoptistes d'exercer leurs art de médecine et de rééducation de l'oeil avec plus de sérénité, et d'amélioration d'accueil pour les patients atteints de pathologies diverses ou pour des actes de prévention et non seulement à Limoges mais dans toute la France.

 

 

26.01.2015 : Le Président du SIDOL (syndicat des importateurs et distributeurs en optique lunetterie) est : Monsieur Jean Pierre RIEDWEG.

Lors de l' assemblée générale ordinaire du 23 janvier 2015, les adhérents du SIDOL ont élu leur nouveau conseil d'administration Administrateurs, Jean-Michel Riedweg a été élu président

Trois vice-présidents ont été nommés : Gilles Demetz (PDG de la société éponyme), Eric Lefort (Directeur Général de Marchon France) et Nicolas Sériès (Directeur Général de Carl Zeiss Vision France). Valérie Abbou (Présidente de Marcolin France)occupe le poste de trésorière.   

26.01.2015 : Selon le Figaro.fr, les délais de rendez-vous chez les ophtalmos bientôt raccourcis.

Les très longs délais pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmo vont se réduire. Depuis le 20 janvier, les ophtalmologues peuvent faire réaliser les examens des yeux de leurs patients par un orthoptiste, puis valider ses conclusions. «Dans notre cabinet, au Mans, cela nous a permis de réduire de neuf mois à quinze jours le délai moyen pour obtenir un rendez-vous», se félicite le docteur Jean-Bernard Rottier, ex-président du Syndicat national des ophtalmologistes-SNOF, qui a expérimenté en 2014 ce mode opératoire.

La nouvelle réglementation, mise en place à titre dérogatoire pour deux ans, ne devrait toutefois pas révolutionner les ventes chez les opticiens. «Les ophtalmologues n'y recourront pas tous, car il faut être en secteur 2 pour qu'il soit rentable d'employer un orthoptiste, explique le praticien. En outre, seulement 12 % de mes patients, qui viennent pour des lunettes et n'ont pas d'autre problème aux yeux, peuvent se contenter d'un examen avec un orthoptiste.»

Les opticiens sont d'ailleurs loin d'accueillir cette mesure avec enthousiasme. «Cela fluidifiera le parcours de soin sans régler le problème dans les zones qui manquent d'ophtalmologues», estime Yves Guenin, d'Optic 2000. Les groupes d'optique militent plutôt pour un allongement de trois à cinq ans de la validité des ordonnances. Certains, à l'image d'Optical Center, plaident même pour l'installation dans leurs magasins d'optométristes, des opticiens bénéficiant d'une formation complémentaire et qui seraient habilités à prescrire des lunettes de vue. Mais au ministère de la Santé, on reste opposé à la «reconnaissance du métier d'optométriste».

Source le Figaro.fr

26.01.2015 : Mme Véronique Louwagie, Député UMP, attire l'attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur la fraude aux mutuelles par les opticiens.

Mme Véronique Louwagie attire l'attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur la fraude aux mutuelles par les opticiens. Une grande association nationale de consommateurs, a publié une enquête en mai 2014, qui dénonce que « près d'un opticien sur cinq propose à ses clients un arrangement frauduleux pour limiter leur reste à charge ». L'association indique que « dans le cadre de [son] enquête visant à quantifier l'étendue réelle des fraudes à la complémentaire santé suscitées par les opticiens, les enquêteurs des associations locales devaient sélectionner une monture plus coûteuse que le maximum remboursable par leur mutuelle, en informer le vendeur, et observer sa réaction. Dans près d'un cas sur cinq (17,9 %), alors que l'on était qu'au stade des renseignements, l'opticien a spontanément proposé à l'enquêteur de falsifier la facture envoyée à la complémentaire santé, pour augmenter le remboursement perçu. Cette fraude est préjudiciable à la collectivité. En effet, tout remboursement par la complémentaire santé se traduit par des cotisations supplémentaires ». L'étude de l'association montre que « la fraude dont les opticiens sont les instigateurs, renchérit les cotisations des consommateurs français de 142 millions d'euros par an. Les économies permises par une lutte contre la fraude permettraient d'améliorer chaque remboursement de lunettes de 14 euros, sans augmentation des cotisations. Le Gouvernement envisage de plafonner les remboursements des lunettes pour les contrats dits « responsables » des complémentaires santé. À court terme, cette mesure se traduirait plutôt par une hausse du reste à charge pour les consommateurs aux corrections visuelles les plus fortes. Les baisses de prix durables en optique ne pourront venir que du développement encadré des réseaux de soins, par lesquels les complémentaires santé négocient des rabais pour leurs assurés auprès d'opticiens partenaires ». Afin de garantir une réelle baisse du prix des lunettes et assainir les pratiques frauduleuses, l'association nationale de consommateurs demande au Gouvernement « qu'une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, soit diligentée sans délai pour sanctionner les fraudes dans l'optique ». Aussi, souhaite-t-elle connaître ses intentions suite à cette demande.

Recommandez cette page sur :

26.01.2015 :Selon l'Argus de l'Assurance "Tiers payant : tout se jouera d’ici mi-février pour les complémentaires santé."

Les organismes complémentaires santé, par l'intermédiaire de leurs fédérations, finalisent une solution technique commune pour la généralisation du tiers payant. Enjeu : ne pas disparaître derrière l'assurance maladie et maintenir un lien direct avec leurs assurés. 

 

Alors que la que la prochaine réunion sur la mise en place du tiers payant et la dispense d'avance de frais, qui s'inscrit dans le cadre de la mission de concertation annoncée par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, se tiendra jeudi 29 janvier, les complémentaires santé poursuivent leurs travaux. Les trois principales fédérations représentant les assureurs, institutions de prévoyance et mutuelles (FFSA, CTip et FNMF) se sont données jusqu’au début du mois de février pour valider un schéma stratégique commun en vue de la généralisation du tiers payant en 2017.

Un cadre commun à la profession

Etienne Caniard, président de la Mutualité française (FNMF), annonce l’élaboration d’un «véritable cadre d’interopérabilité des systèmes d’information des complémentaires».

Voir la suite de l'article ICI

Source l'Argus de l'Assurance

20.01.2015 : L'opticien lunetier nous informe sur le congrès d'optométrie et de contactologie.

L' UDO a été invité à partager son avis lors de cet événement.

 " jan 20, 2015    Posted by    ACTUALITÉS, Profession    , , ,

Alors que Marisol Touraine a récemment affirmé que la réglementation de l’optométrie n’avait pas été retenue comme élément de réorganisation de la filière de santé visuelle, l’AOF ne baisse pas les bras.

 

Hier 19 janvier, en clôture du Congrès d’optométrie et de contactologie (COC) 2015, son président Philippe Verplaetse a déclaré que « le ministère n’a pas fermé la porte à l’optométrie. Nous avons été reçus à l’Assemblée nationale par le député Gérard Bapt, qui travaille à une proposition de loi sous l’impulsion du ministère ! », a-t-il  assuré.

Philippe Verplaetse, rappelant le long travail de lobbying mené par le syndicat depuis plusieurs années, se réjouit d’avoir « ouvert des portes précédemment fermées : on a été reçus il y a 2 ans à l’Elysée, puis à Matignon, plusieurs fois au ministère de la Santé mais aussi au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, où le contact a été chaleureux et ouvert. »

 

Ainsi, l’AOF se dit confiant pour la suite, et convaincu que l’optométrie pourrait trouver sa place dans un prochain texte législatif. Et si Marisol Touraine a déclaré que cela n’est finalement pas envisagé, c’est parce qu’elle y aurait été, selon Philippe Verplaetse, contrainte : « la parlementaire qui la questionnait est ophtalmologiste et, de plus, face à la grogne des médecins libéraux contre le projet de loi de santé, cela permettait de satisfaire au moins les ophtalmologistes. »

 

Rappelons que le projet de l’AOF est une réglementation du métier d’optométriste en tant que profession indépendante : « il ne doit pas travailler sous la responsabilité de quelqu’un d’autre », estime Philippe Verplaetse. Il est soutenu par l’UDO (Union des opticiens) : sa présidente Catherine de la Boulaye « y croit et espère que 2015, dans le cadre des discussions avec le ministère de la Santé, verra de vraies avancées. » Jean-François Marinacce (président du SNOO, Syndicat national des opticiens-optométristes), se montre aussi optimiste, en constatant que, en 2014, une étape a été franchie « avec l’entrée de l’optométrie dans les préconisations des administrations. » Enfin, Fabrice Masson, directeur de la CDO (Centrale des opticiens) a de son côté conseillé à l’AOF de travailler l’angle de l’optique itinérante, qui se heurte à un manque de prescriptions pour les résidents des maisons de retraite, « ce qui est un problème de santé publique : c’est un cas flagrant dans lequel l’optométrie peut être mise en avant. »

 

Photo : Catherine de la Boulaye (présidente de l’UDO), Jean-François Marinacce (président du SNOO) et Philippe Verplaetse (président sortant de l’AOF), le 19 janvier à Paris lors de la clôture du COC 2015.

 

Philippe Verplaetse quitte la présidence de l’AOF. Il a annoncé lors du COC 2015 qu’il ne se représentait pas. Il en était à la tête depuis 2001."

Recommandez cette page sur :

20.01.2015 : Le financement dérogatoire des deux protocoles de coopération entre ophtalmologistes et orthoptistes est autorisé pour une durée de deux ans.

Les opticiens et opticiens-optométristes sont les oubliés dans ces protocoles. Les français paieront t'ils encore plus cher leurs examens de vue pour se faire faire des lunettes?

Les délais d'attente de rendez vous seront t'ils plus courts et les déserts médicaux comblés, nous attendons les explications et les résultats !.

JORF n°0016 du 20 janvier 2015 page 871
texte n° 14


ARRETE
Arrêté du 12 janvier 2015 autorisant le financement dérogatoire de protocoles de coopération entre professionnels de santé

NOR: AFSS1500848A
ELI: http://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2015/1/12/AFSS1500848A/jo/texte


Le ministre des finances et des comptes publics et la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes,
Vu la loi n° 2013-1203 du 23 décembre 2013 de financement de la sécurité sociale pour 2014, notamment son article 35 ;
Vu le décret n° 2014-919 du 18 août 2014 relatif à la composition et au fonctionnement du collège des financeurs des coopérations entre professionnels de santé ;
Vu l'arrêté du 31 décembre 2009 modifié relatif à la procédure applicable aux protocoles de coopération entre professionnels de santé ;
Vu l'avis n° 2013.0033/AC/SEVAM du 6 mars 2013 du collège de la Haute Autorité de santé relatif au protocole de coopération « Réalisation d'un bilan visuel par l'orthoptiste dans le cadre du renouvellement/adaptation des corrections optiques chez l'enfant de 6 à 15 ans » ;
Vu l'avis n° 2013.0034/AC/SEVAM du 6 mars 2013 du collège de la Haute Autorité de santé relatif au protocole de coopération « Réalisation d'un bilan visuel par l'orthoptiste dans le cadre du renouvellement/adaptation des corrections optiques chez les adultes de 16 à 50 ans » ;
Vu l'avis n° 2014-02 du collège des financeurs des coopérations entre professionnels de santé portant sur le modèle économique de deux protocoles de coopération entre ophtalmologistes et orthoptistes, en date du 19 décembre 2014,
Arrêtent :

Article 1


Le financement dérogatoire des deux protocoles de coopération entre ophtalmologistes et orthoptistes décrits ci-après, répondant au modèle économique ayant reçu l'avis favorable du collège des financeurs, est autorisé pour une durée de deux ans :


- bilan visuel réalisé par un orthoptiste dans le cadre du renouvellement/adaptation des corrections optiques chez les enfants de 6 à 15 ans ;
- bilan visuel réalisé par un orthoptiste dans le cadre du renouvellement/adaptation des corrections optiques chez les adultes de 16 à 49 ans.

Article 2


Le directeur général de l'offre de soins et le directeur de la sécurité sociale sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait le 12 janvier 2015.


La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes,

Pour la ministre et par délégation :

Le directeur général de l'offre de soins,

J. Debeaupuis


Le ministre des finances et des comptes publics,

Pour le ministre et par délégation :

Le directeur de la sécurité sociale,

T. Fatome


15.01.2015 : Nouvelle contribution patronale au financement des organisations syndicales.

Publié le 13.01.2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

 

Depuis le 1er janvier 2015, une nouvelle contribution patronale est créée afin de financer la mise en place d’un fonds paritaire dédié au financement des organisations syndicales de salariés et des organisations professionnelles d’employeurs.

Cette contribution est due par les employeurs de droit privé et de droit public employant du personnel dans les conditions du droit privé.

Le taux de la contribution est fixé à 0,016 % des rémunérations, versées à partir du 1er janvier 2015, servant de base de calcul des cotisations de sécurité sociale.

Elle est versée selon les mêmes modalités que les cotisations sociales et doit figurer sur le bordereau de cotisation Urssaf sous le CTP 027.

Pour en savoir plus

 

Recommandez cette page sur :

07.01.2015 : Le 20 mars protégez vous les yeux...

Pensez à en parler à vos clients, votre action de prévention est importante.

Le vendredi 20 mars 2015, une éclipse partielle du soleil sera visible en France métropolitaine de 9H (heure locale) à 12H (heure locale). Le maximum d'obscuration du soleil aura lieu vers 10H30 (heure locale). Il s'agit d'une éclipse partielle, le maximum d'obscuration sera observé sur l'axe Brest-Lille (80 %), il sera de 78 % à Paris et de 58 % à Ajaccio (durée environ 2 minutes). L'observation d'un tel événement nécessite impérativement de se protéger les yeux (lunettes spécifiques) afin d'éviter toute lésion oculaire, particulièrement chez les enfants.
Plus de détails sur l'éclipse du 20 mars 2015 sur le site de l'institut de mécanique céleste :
http://www.imcce.fr/langues/fr/ephemerides/phenomenes/eclipses/soleil/html/mars2015_generalite.php

C'est décidé ! en 2015 j'adhère au syndicat de l'UDO.

Que vous soyez indépendants, sous enseigne, avec un seul magasin ou multi propriétaire, vous avez la possibilité d'adhérer à l'Union des Opticiens.

J'ai envie de savoir, de faire évoluer ma profession, de la défendre, d'avancer mes idées et donner mon avis, de m'investir, de faire avancer mon syndicat, de lui donner de la force.

 

Que l'on ne dise plus que le syndicat ne fait rien, n' a pas de bonnes idées, facile ! en n'étant pas adhérent !

 

Maintenant je m'engage, critiquer c'est bien, agir c'est mieux,  surtout quand on adhère et on participe.

 

La cotisation c'est moins de 30 euros par mois *

 

Je clique ICI et je peux dire maintenant "je sais ce que je fais et ferai pour mon syndicat et ce que fait et fera le syndicat pour la profession."

 

 A noter : L'UDO est le syndicat membre de l' ECOO représentant la France au niveau européen.

 

* L' UDO est consciente qu'une cotisation payable en seule fois peut être un frein pour adhérer et vous propose un réglement échelonné.

(renseignements au : 01 42 06 07 31.) ou par mail :Mail : udoinfo@orange.fr

Vous changez...nous aussi, évoluons ensemble.

Recommandez cette page sur :

Recommandez cette page sur :

31.12.2014 :Arrêté du 23 décembre 2014 fixant le modèle du formulaire « feuille de soins - pharmacien ou fournisseur »

JORF n°0302 du 31 décembre 2014 page 23420
texte n° 98


ARRETE
Arrêté du 23 décembre 2014 fixant le modèle du formulaire « feuille de soins - pharmacien ou fournisseur »

NOR: AFSS1431025A
ELI: http://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2014/12/23/AFSS1431025A/jo/texte
 


Par arrêté du ministre des finances et des comptes publics, de la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes et du ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement, en date du 23 décembre 2014, est fixé le modèle S3115h du formulaire « feuille de soins - pharmacien ou fournisseur » enregistré par le secrétariat général pour la modernisation de l'action publique sous le numéro CERFA 11389*05. La notice est également enregistrée sous le numéro 50652#05.
Ce formulaire peut être obtenu auprès des organismes d'assurance maladie. Il est également accessible sur les sites internet www.ameli.fr et www.service-public.fr en tant que spécimen.
Le deuxième tiret de l'arrêté du 17 juillet 2012 fixant le modèle du formulaire « Feuille de soins - pharmacien ou fournisseur » est abrogé.

Source LEGIFRANCE
 
A SAVOIR : à ce jour 15.01.2015 non publiée sur les sites internet www.ameli.fr et www.service-public.fr en tant que spécimen.

02.12.2014 :Cotisations sociales La DADS (déclaration annuelle de données sociales) doit être effectuée avant le 31 janvier 2015.

Chaque employeur relevant du régime général de la Sécurité sociale est tenu d’établir avant le 31 janvier de chaque année une DADS (déclaration annuelle de données sociales), qui récapitule les rémunérations brutes versées aux salariés, sur lesquelles sont acquittées les cotisations patronales et salariales.

La DADS peut être effectuée en ligne :

  • sur www.net-entreprises.fr, si l’entreprise dispose d’un logiciel de paie compatible avec la norme N4DS,
  • ou sur www.e-ventail.fr (DADSNET)

Les employeurs qui utilisent le titre emploi service entreprise (Tese) ou le chèque emploi associatif pour rémunérer leurs salariés n’ont pas à effectuer de DADS, qui est établie directement par les centres de traitement.

À défaut ou en cas de retard, une pénalité de 7,50 € par salarié est appliquée, dans la limite de 750 €.

Pour en savoir plus

Source Legifrance.

Voir les :  ANNONCES PRESSE UDO

Recommandez cette page sur :