17.04.2015 : Les opticiens et les conseils de prévention.

L' opticien est un acteur dans la filière de la prévention oculaire.

Il dispense les conseils à ses clients et favorise ainsi la connaissance de ceux-ci aux risques que peuvent avoir certains comportements.

 

Il faut conseiller à vos clients de contrôler régulièrement leur vue.

Les enfants de bas âges doivent avoir une visite chez l'ophtalmologue afin de dépister certains défauts visuels qui peuvent passer inaperçus.

 

Si l'enfant porte des lunettes, un contrôle régulier doit être fait chez l'ophalmologiste.

De même l'adulte, pour une première consultation, et pour le port de lentilles faire ces contrôles.

 

La protection du soleil est indispensable, protéger les enfants, les plus petits sont souvent oubliés !même dans les poussettes! il a souvent le soleil !  verifier que les lunettes de soleil soient de qualité (sigle C E ) et avec des indices de filtration d'au moins de 3. L'opticien est le meilleur spécialiste pour équiper sérieusement et proteger vos yeux du soleil et vous conseiller suivant l'utilisation (mer, montagne, sports particuliers etc,) .

 

En cas de rougeur, d'inflamation, de douleur, demander de consulter sans tarder un ophtalmologiste, ou un médecin, vous pouvez les contacter directement. 

 

Pour rappel : les ordonnances pour un enfant sont valables 1 an et dans certains cas 6 mois. il est interdit de délivrer des lunettes de vue à un enfant de moins de 16 ans sans ordonnance.

 

Une ordonnance pour les plus de 16 ans est valable 3 ans sauf si l' ophtalmologiste a mis une mention contraire. Pour les lentilles de contact, première ordonnance obligatoire et elle est valable 1 an (sauf mention contraire).

 

A ce jour, si votre ordonnance a moins de 3 ans et pour un adulte de plus de 16 ans, l'opticien peut contrôler la vision, et en cas de modification ( sauf si modification importante) il peut procéder à une adaptation de votre correction, l'ophtalmologiste en sera averti.

 

L'opticien ne doit pas hésiter à interroger l'ophtalmologiste en cas de doute, de modifications de corrections importantes, de gêne visuelle affectant la vision (déformation des lignes, vision partiellement atteinte, tâches noires dans le champ visuel etc.) de son client afin de convenir avec lui des dispositions que celui-ci doit prendre .

 

 

Des conseils de bon sens, à chaque client, à chaque visite, améliorera de façon significative sa bonne santé visuelle.

 

L'opticien est un professionnel de santé, la prévention et le conseil sont des éléments essentiels à vous faire reconnaître dans la filière visuelle.

 

NOUVEAU EN CLIQUANT SUR LE BOUTON "PREVENTION" VOUS POUVEZ PARTICIPER AUX CAMPAGNES DE PREVENTION et ainsi devenir acteur de la santé visuelle .

Recommandez cette page sur :

17.04.2015 : Un simulateur pour calculer la gratification minimale d’un stage.

Vous allez ou avez recruté un stagiaire, voici un outil qui peut vous aider à calculer le montant de la gratification a lui verser.

Un employeur qui accueille un stagiaire doit lui verser une gratification minimale lorsque, au cours d’une même année d’enseignement, la durée de présence effective du stagiaire dans l’organisme d’accueil est supérieure à 308 heures (soit 2 mois minimum).

Le taux horaire de la gratification et les modalités de son versement doivent figurer dans la convention de stage, qui est obligatoirement signée entre le stagiaire, l’organisme d’accueil, l’établissement d’enseignement ou de formation, l’enseignant référent au sein de l’établissement d’enseignement, et le tuteur de stage au sein de l’organisme d’accueil.

Afin de calculer le montant de la gratification, l’organisme d’accueil doit décompter le nombre d’heures de présence effective du stagiaire.

En fonction de la date de la signature de la convention, un simulateur permet de calculer en ligne :

  • le montant de la gratification minimale due pour chaque mois du stage (gratification mensuelle),
  • le montant total de la gratification due pour toute la durée du stage (gratification totale),
  • le montant mensuel à verser en cas de lissage de la gratification sur la totalité de la durée du stage (gratification mensuelle lissée).

Sur Service-public.fr

Recommandez cette page sur :

09.04.2015 : Vers une mise en place d'un tarif optique pour les bénéficiaires de l'aide a la complémentaire santé ACS.

Le vote des députés prévoit d'encadrer le prix des lunettes, des appareils auditifs pour notre profession pour les personnes bénéficiant de l'ACS, cet amendement doit être maintenant discuté au Sénat avant sa mise en place définitive.

ref article 20 du projet de loi relatif à la santé.

 L'UNOCAM sera consulté afin de conclure des accords, à l’échelon local ou national, avec les distributeurs de produits et prestations de santé mentionnés à l’article L. 165-1 du Code de la sécurité sociale, notamment en ce qui concerne la qualité, les prix maximum pratiqués et les modalités du mécanisme de tiers payant. »

 

 

Recommandez cette page sur :

L' Union Des Opticiens vous propose ce compteur du marché de l'optique.

Consommation des montures et verres et lentilles de contact en France avec le crédit Conso Globe.

08.04.2015 :Campagne de valorisation de l’apprentissage.

Avril 2015

 

 

ARTICLE 1

 

L’apprentissage : comment ça marche au quotidien 

 

Apprenti : avant tout un salarié

A bien des égards, un apprenti est un salarié comme les autres : il signe un contrat de travail, dispose de congés payés et bien entendu, il partage les devoirs des salariés envers l’entreprise. Cependant, n’oubliez pas que la plupart du temps, il s’agit pour lui d’une première expérience professionnelle. L’entreprise est pour lui un lieu de formation. En arrivant, il ne connaîtra pas forcément les codes de l’entreprise : expliquez-lui votre fonctionnement, il pourra ainsi s’adapter rapidement. 

 

Un investissement pour votre entreprise

L’apprenti ne sera pas forcément immédiatement opérationnel, il a besoin d’être guidé et formé. Mais au fur et à mesure de sa formation, il pourra progressivement réaliser de plus en plus de tâches de façon autonome. En apprentissage, vous avez le temps de former et d’avoir un retour positif sur le temps investi pour votre apprenti.

 

Surmonter les difficultés

Si finalement la collaboration ne se passe pas aussi bien que prévu, gardez en tête qu’un manque de maturité peut être à l’origine d’incompréhensions et que la plupart du temps un dialogue franc et ouvert, éventuellement en présence des parents ou du CFA, peut venir à bout de ces difficultés. La période de deux mois en début d’apprentissage pendant lesquels les deux parties peuvent rompre librement le contrat est également un bon moyen de s’assurer de la collaboration sur le long terme.

 

ARTICLE 2

 

Pourquoi recruter un apprenti ?

 

Embaucher un apprenti présente de nombreux avantages : c’est l’occasion de former un jeune à ses méthodes de travail et à sa culture d’entreprise et, par la suite, d’avoir un collaborateur immédiatement opérationnel.

 

Dans certains cas, l’apprentissage permet également de transmettre sereinement son entreprise à une personne de confiance 

 

Les aides à l’embauche pour un apprenti

 

Plusieurs types d’aides financières existent pour faciliter le recrutement des apprentis : primes à l’apprentissage (1 000 euros + aides accordées par les régions), exonérations de cotisations sociales, crédits d’impôts …

 

L’Agefiph propose également des aides à l’embauche d’apprentis handicapés, pouvant être des adultes en reconversion professionnelle.

 

Contrat de génération, CDI d’apprentissage : de nouveaux dispositifs pour permettre aux entreprises d’embaucher un apprenti

 

Les chefs d’entreprise disposent enfin de nouveaux dispositifs permettant de faciliter la pérennisation des embauches d’apprentis et la fidélisation de la collaboration à l’issue de la période de formation.

 

Aide « Contrat de génération » (4 000 euros pendant 3 ans)

A l’issue de la période d’apprentissage, le jeune apprenti doit être recruté dans une entreprise de moins de 300 salariés comptant au moins un salarié âgé de 57 ans (ou un salarié recruté âgé d’au moins 55 ans).

 

Le « CDI d’apprentissage »

Dans le cadre de ce contrat, dès la période d’apprentissage terminée, la relation contractuelle se poursuivra dans le cadre du droit commun du contrat de travail à durée indéterminée. L’attractivité et la fidélisation à l’issue de la période d’apprentissage se trouvent ainsi renforcées.

 

A noter :

Au niveau régional, des développeurs de l’apprentissage ont pour mission d’aller à la rencontre des entreprises.

 

ARTICLE 3

 

Comment bien recruter un apprenti

 

Une fois la décision prise de recruter un apprenti, le processus est simple.

 

Prendre contact avec les CFA de sa région

Avant tout, prendre contact avec les CFA de sa région. Ils vous aideront à mieux cibler vos recherches, à trouver la formation adaptée à vos besoins et pourront vous aider à entrer en contact avec des apprentis à la recherche d’une entreprise. En contact permanent avec les jeunes, leurs conseils sont également utiles pour rédiger l’annonce la plus attrayante possible qui vous assurera un grand nombre de candidatures. Vous pouvez également déposer votre annonce chez Pôle Emploi ici.

 

Le développeur de l’apprentissage de votre région peut en outre vous aider dans ces démarches. Restez ouvert à toutes les propositions, l’apprentissage s’adresse aussi aux adultes handicapés en reconversion professionnelle, sans limite d’âge, et ouvre droit à des aides de l’Agefiph.

 

Des démarches administratives simplifiées

Une fois que votre choix s’est porté sur un profil, vous devez signer un contrat avec votre nouvel apprenti, le faire viser par le CFA et le faire enregistrer par votre chambre consulaire. Ces démarches sont devenues très simples : vous pouvez remplir le contrat directement en ligne sur alternance.emploi.gouv.fr.

 

ARTICLE 4

 

Zoom : réussir l’entretien d’embauche d’un apprenti 

 

L’entretien d’embauche est une étape primordiale : premier contact avec l’apprenti potentiel, c’est une occasion de sonder sa motivation et d’évaluer sa compatibilité professionnelle avec l’entreprise et ses employés.

 

Pour les apprentis : un premier contact avec le monde de l’entreprise

Mais à la différence d’un entretien d’embauche classique, il ne faut pas oublier que c’est souvent pour les apprentis un premier pas dans le monde de l’entreprise, et que cette étape peut être intimidante. Il est donc nécessaire de prendre le temps de bien préciser les contours du poste qu’il devra occuper et comment s’organiseront ses journées.

 

Lorsqu’un apprenti entre dans le monde de l’entreprise pour la première fois, il peut ne pas en maîtriser les règles (ponctualité, tenue vestimentaire). A cette étape, le dialogue est primordial. En lui expliquant les règles, le maître d’apprentissage lui permettra de s’intégrer plus rapidement.

 

Valoriser la motivation plus que le CV pour faire le bon choix

Le CV d’un apprenti peut paraître encore peu fourni : c’est normal, il est au début de sa formation. Les chefs d’entreprises qui ont réussi cette étape insistent sur l’importance à accorder à la motivation, à la curiosité, à l’envie. Ce sont ces critères qui détermineront la capacité de l’apprenti à s’intégrer dans l’entreprise et à se former dans les meilleures conditions !

 

Source Ministère du Travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

03.04.2015 :AFNOR et la Commission de Normalisation Lentilles de contact et produits d’entretien.

Savez-vous que vous pouvez influer sur le contenu des normes qui vous concernent ?

 

En tant que professionnel du secteur, vous pouvez donner votre avis sur les projets de normes lors du lancement d'une enquête publique. Nous faire part de vos commentaires est pour vous le moyen de suivre les évolutions de votre marché et d'en être un acteur.

AFNOR et la Commission de Normalisation
Lentilles de contact et produits d’entretien

vous proposent de répondre à l'enquête publique sur le projet de norme :

PR NF EN ISO 14534

Optique ophtalmique — Lentilles de contact et produits d’entretien des lentilles de contact —Exigences fondamentales

http://www.enquetes-publiques.afnor.org/sante-et-action-sociale/pr-nf-en-iso-14534.html

 

Cet avant-projet de norme sont soumis à enquête publique jusqu’au 29/05/2015.

 

En tant que professionnel du secteur, vous pouvez répondre à cette enquête.


votre contactElectre GUILLIER
 electre.guillier@afnor.org

 

Recommandez cette page sur :

03.04.2015 :Calendrier scolaire et zones de vacances : quoi de neuf pour les trois prochaines années ? Cela va t'il changer les habitudes des opticiens ?

"La nouvelle réparttion des académies dans les zones de vacances vont t'elle changer les habitudes des opticiens?

La prévision des jours de fermetures pendant les vacances scolaires de ceux-ci vont devoir changer et pour ceux qui ont déjà réservés devoir revoir leur copie!" Ci dessous la nouvelle répartition.

 

 

Publié le 02.04.2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a présenté, le 2 avril 2015, le projet de calendrier scolaire pour les années 2015-2016, 2016-2017 et 2017-2018. Ce projet qui doit encore être soumis au Conseil supérieur de l’éducation (CSE) le 10 avril 2015 modifie également la répartition des académies dans les zones de vacances.

Calendrier scolaire

Pour les années scolaires 2015-2016 et 2016-2017, la rentrée des élèves est fixée au 1er septembre et la prérentrée des enseignants le 31 août. La fin des cours avant les vacances d’été est prévue respectivement le mardi 5 juillet 2016 et le samedi 8 juillet 2017.

Pour l’année scolaire 2017-2018, la rentrée des élèves est prévue le 4 septembre et la prérentrée des enseignants le 1er septembre. La fin des cours avant les vacances d’été est fixée le samedi 7 juillet 2018.

Zones de vacances

Infographie représentant la nouvelle répartition des zones scolaires. Pour plus de détails, voir les explications ci-dessous.

Sur Service-Public.fr

Quelles sont les dates des vacances scolaires ?

Pour en savoir plus

Recommandez cette page sur :

03.04.2015 : Professionnels : une date unique pour les déclarations fiscales annuelles.

Publié le 01.04.2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Une date unique de dépôt s’applique à l’ensemble des déclarations fiscales annuelles effectuées auprès des services des impôts des entreprises : il s’agit du deuxième jour ouvré suivant le 1er mai.

Ainsi, cette année, la date limite de dépôt est donc fixée au 5 mai 2015 pour les déclarations concernant :

  • la régularisation annuelle de TVA pour les entreprises soumises au régime simplifié : déclaration n°3517 S ou déclaration n°3517 AGR pour les agriculteurs,
  • les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés : déclaration n°2065,
  • les entreprises individuelles soumises à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC : déclaration n°2031), des bénéfices non commerciaux (BNC : déclaration n°2035) et des bénéfices agricoles (BA),
  • les sociétés civiles immobilières (SCI) non soumises à l’impôt sur les sociétés : déclaration n°2071 et/ou déclaration n°2072,
  • les sociétés civiles de moyens (SCM) des professions libérales : déclaration n°2036,
  • les sociétés étrangères exploitant un établissement stable en France, soumises à la retenue à la source : déclaration n°2754-SD,
  • participation au développement de la formation professionnelle continue (déclaration n°2483) pour les entreprises à partir de 10 salariés,
  • cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), pour les entreprises, ou personnes exerçant une activité professionnelle non salariée, qui réalisent plus de 152 500 € de chiffre d’affaires hors taxe : déclaration de valeur ajoutée et des effectifs salariés déclaration n°1330-CVAE et ses 2 annexes n°2035-E (pour déterminer la valeur ajoutée) et n°2072-E-SD (pour déterminer la valeur locative ajoutée).

Les entreprises qui transmettent leurs déclarations par voie électronique (TDFC) ont un délai supplémentaire jusqu’au 15 mai 2015.

Les entreprises relevant d’un régime micro (BIC ou BNC, auto-entrepreneurs) n’ont pas de déclaration annuelle de résultats à déposer et doivent reporter directement le montant de leurs recettes brutes sur leur déclaration de revenus.

01.04.2015 : Les  remboursements des lunettes par les complémentaires santé en contrat responsable: le grand casse tête! L'application en magasin va t'elle faire tourner celle des opticiens ?

Selon la circulaire de la sécurité sociale, les remboursements des lunettes pour la part complémentaire va devenir un sacré casse tête ! Les prises en charge devront être revues afin d'assurer le paiement à l'opticiens dans toutes les dispositions mises dans ces contrats.

En avril 2015 cela risque de donner des sueurs froides quant aux calculs des prises en charge, le dicton aura toute sa signification "en Avril ne te découvre pas d'un fil !" 

Comment se fera aussi la gestion des complémentaires dans les années suivantes, comment seront gérés les suivis des prestations déjà utilisées surtout en cas de changement de contrat ou de complémentaires santé ? 

 

Opticiens exprimez vous ICI

 

Recommandez cette page sur :

01.04.2015 : Nouvelles dispositions en vigueur sur les planchers et plafonds de remboursement des équipements optiques.

Les montants minimaux et maximaux de prise en charge des équipements optiques (verres et montures) lorsque le contrat prévoit une couverture optique et sus des tarifs de responsabilités sont en vigueur à partir du 1er avril.

Les choses se compliquent pour les contrats en cours, ou les contrats signés avant le 18.11.2014.

Il est certain que la gestion du tiers payant en magasin, des prises en charge seront complexes.

Les lunettes ne seront plus remboursées que tous les deux ans (sauf cas particuliers) mais suivant la complémentaire santé soit de date à date ou par année civile ! quelle gestion ! Les opticiens devront bien ouvrir les yeux pour se faire payer des tiers payant consenties à leurs clients qui eux même seront certainement perturbés par ces changements qui apporteront que complexités pour un effet non mesuré, les équipements étant renouvellés en moyenne tous les 3 ans !

Une chose est sure, c'est que les complémentaires santé vont être surchargées de demandes pour connaître le réel remboursement de leur client et s'ils peuvent prétendre encore à un remboursement dans l'année d'achat! 

Un engagement écrit des accords de prises en charge par les complémentaires sera le meilleur garant pour se faire rembourser (attention certaines ne s'engagent pas dans ce processus et ne valident qu'a la facturation et ce sera comme au casino on gagne ou on perd !)

 

En cliquant sur ce lien vous trouvez le tableau des plafonds et planchers de remboursement et les textes pour vous aider.

 

 

 

ActS 4

 

 

Recommandez cette page sur :

25.03.2015 : Quand effectuer la déclaration sociale des travailleurs indépendants (DSI) ?


Publié le 24.03.2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Chaque année, les travailleurs indépendants (artisans, commerçants, professions libérales, entrepreneurs individuels et gérants non salariés de société), ou leurs mandataires (experts-comptables, associations et centres de gestion agréés), doivent transmettre une déclaration sociale des indépendants (DSI) à l’organisme de protection sociale dont ils dépendent, le régime social des indépendants (RSI).

Les revenus perçus en 2014 doivent être déclarés :

avant le 19 mai 2015 au moyen du formulaire papier ou
avant le 9 juin 2015 par internet.

En cas de cessation d’activité en cours d’année, il n’y a pas de DSI à transmettre, l’assuré sera contacté ultérieurement par le RSI pour déclarer ses revenus.

Cette déclaration permet d’établir la base de calcul des cotisations et contributions obligatoires (maladie, maternité, vieillesse, invalidité-vieillesse, allocations familiales, CSG et CRDS) dues pour l’activité indépendante.

Elle est obligatoire, même si le professionnel n’est pas imposable ou exonéré, ou si son revenu est nul. En cas de retard, une pénalité de 10 % est prévue. L’absence de déclaration entraîne la taxation d’office sur une base forfaitaire.

En cas de revenu supérieur à 19 020 € en 2013, la déclaration du revenu 2014 doit être obligatoirement effectuée en ligne.

En 2013, la DSI a remplacé la déclaration commune de revenus (DCR).

Pour en savoir plus

Déclaration sociale des indépendants (DSI) en ligne

Service-public.fr

Formulaire cerfa 10020*19 (version papier)

Service-public.fr

 

18.03.2015 : De 1945 à 2014, le code de la santé publique n'interdisait pas aux opticiens-lunetiers de délivrer des verres correcteurs sans prescription aux personnes de 16 ans.

Et maintenant  ! Les opticiens ne pourraient plus vendre une paire de lunettes en urgence  si par exemple vous cassiez vos lunettes ou à des étrangers en visite en France, : l'ordonnance serait obligatoire ! Et il faudrait attendre que votre rendez-vous chez l'ophtalmologiste soit pris pour que vous ayez le fameux sésame pour vous faire faire des lunettes ! Que dire si vous conduisez sans lunettes, travailler de même !

Les opticiens proches des pays européens ne pourraient plus leur vendre non plus ! Un manque à gagner pour tous et qui fera perdre des emplois et tva pour l' état et encore affaiblir la santé des personnes qui ont ce besoin urgent de se faire refaire leurs lunettes.

Madame La rapporteur a présenté un amendement qui permet aux opticiens de revenir sur la situation d'avant la loi dite             "HAMON" et soutient de ce fait l'activité des opticiens en France.

 

Cet amendement évitera les engorgements supplémentaires dans les cabinets d'ophtalmologie et permettra de laisser la place aux personnes ayant besoin de se faire soigner pour des pathologies plus importantes ou du dépistage visuel en priorité. 

 

Opticiens c'est le moment de soutenir votre profession ! 

Vous pouvez nous rejoindre sur ce point. ICI

Ci dessous l'amendement adopté au Sénat :

AMENDEMENT
présenté par
   
Adopté
Mme ESTROSI SASSONE, rapporteur

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS ARTICLE 11 QUATER B (NOUVEAU)


 
Après l'article 11 quater B (nouveau), insérer un article additionnel ainsi rédigé :
Le premier alinéa de l’article L.4362-10 du code de la santé publique est supprimé.  

Objet


Cet amendement vise à supprimer un obstacle à l'activité des opticiens-lunetiers qui résulte de l'ajout, en 2014, d'une phrase à la portée ambigue dans le code de la sécurité sociale.
De 1945 à 2014, l’article L.4362-10 du code de la santé publique n'interdisait pas aux opticiens-lunetiers de délivrer des verres correcteurs sans prescription aux personnes de plus de 16 ans. Ce cadre juridique permettait aux professionnels d'assurer le remplacement de lunettes cassées ou perdues ainsi que de satisfaire immédiatement la demande des touristes étrangers plutot que de leur imposer, au préalable, d'attendre plusieurs semaines pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologue et une ordonnance.
Depuis la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation dite "Hamon", la France semble bien être devenue l'un des seuls pays de l'Union européenne à interdire, en toutes circonstances, la vente d’équipements d'optique sans présentation d’une ordonnance, sous peine d'une amende de 3750 euros.
Encore faut-il préciser que cette singularité juridique repose sur une prescription dont la portée est, à l'heure actuelle, incertaine puisque l'administration  aurait lancé une étude pour déterminer si la première phrase de l'article L.4362-10 ( "La délivrance de verres correcteurs est subordonnée à l'existence d'une prescription médicale en cours de validité.") s'applique ou pas aux ressortissants étrangers.
La profession fait valoir que dans de nombreux magasins des zones touristiques et frontalières, une grande partie du chiffre d’affaires provient de la vente d’équipements à des touristes et des étrangers et  a alerté le Sénat sur ce frein à l'activité qui menacerait 2 400 emplois.
L'ambiguité juridique de cette nouvelle norme, sa singularité, et la certitude de ses effets économiques néfastes justifient sa suppression.
  

 

Recommandez cette page sur :

C'est décidé ! en 2015 j'adhère au syndicat de l'UDO.

Que vous soyez indépendants, sous enseigne, avec un seul magasin ou multi propriétaire, vous avez la possibilité d'adhérer à l'Union des Opticiens.

 

J'ai envie de savoir, de faire évoluer ma profession, de la défendre, d'avancer mes idées et donner mon avis, de m'investir, de faire avancer mon syndicat, de lui donner de la force.

 

Que l'on ne dise plus que le syndicat ne fait rien, n' a pas de bonnes idées, facile ! en n'étant pas adhérent !

 

Maintenant je m'engage, critiquer c'est bien, agir c'est mieux,  surtout quand on adhère et on participe.

 

La cotisation c'est moins de 30 euros par mois *

 

Je clique ICI et je peux dire maintenant "je sais ce que je fais et ferai pour mon syndicat et ce que fait et fera le syndicat pour la profession."

 

 A noter : L'UDO est le syndicat membre de l' ECOO représentant la France au niveau européen.

 

* L' UDO est consciente qu'une cotisation payable en seule fois peut être un frein pour adhérer et vous propose un réglement échelonné.

(renseignements au : 01 42 06 07 31.) ou par mail :Mail : udoinfo@orange.fr

Vous changez...nous aussi, évoluons ensemble.

 

Recommandez cette page sur :

Voir les :  ANNONCES PRESSE UDO

Recommandez cette page sur :