U.D.O.
U.D.O.
ACCES DIRECT       OFFRES ET RECHERCHES D'EMPLOI CLIQUEZ SUR L'IMAGE JOB ACCES DIRECT GRATUIT OFFRES ET RECHERCHES D'EMPLOI CLIQUEZ SUR JOB

24.02.2017 : Numerus clausus, ECN... : les doyens veulent tout faire sauter selon Egora.fr

Par F. Na le 23-02-2017

 

Formation des médecins, accès aux soins, innovation… Les doyens des facultés de médecine viennent de présenter leurs "Dix propositions aux candidats à la présidence de la République".

La Conférence des doyens des facultés de médecine a dévoilé ses "Dix propositions aux candidats à la présidence de la République". Pour tenir compte des projets professionnels des étudiants, des besoins de la population et de la société, les doyens prônent une "régulation flexible" des études de santé et, par conséquent, une remise en cause du numerus clausus et du "tout ECN". Passerelles facilitées, parcours plus personnalisés, développement des doubles parcours sont notamment cités. "Les formations de santé doivent s'adapter aux révolutions de notre époque et au développement d'une médecine plus préventive, plus personnalisée, plus connectée", insiste la conférence.

Elle estime aussi que l'ouverture de voies parallèles aux ECN, pour des projets professionnels originaux ou adaptés aux territoires, devrait être discutée. C'est l'objet d'un axe de réflexion, qui vise à "adapter la formation de tous les professionnels de santé pour répondre aux exigences de qualité et de sécurité des soins et permettre à chaque étudiant d'être l'acteur de la construction de son projet professionnel".

Afin de repenser l'articulation des formations en santé, la conférence propose de regrouper les formations au sein de structures dédiées, "qui peuvent être des facultés de santé ou d'autres entités adaptées à la situation de chaque université". Ces regroupements visent à la fois à développer la formation des professionnels de santé à l'interdisciplinarité, pour mieux préparer une coopération renforcée sur le terrain, autour du parcours patient. Mais aussi à développer la recherche dans les secteurs paramédicaux, "qui accuse en France un retard important, lié à l'éloignement de ces formations de l'université", note la conférence.

Par ailleurs, le concept de "territoire de santé universitaire" doit être concrétisé, en liaison avec les hôpitaux, le secteur médico-social, les maisons ou centres de santé dans un maillage territorial. Une articulation qui doit permettre aux étudiants de se projeter plus tôt vers tous les types d'exercice, partout sur le territoire et de développer des activités de recherche clinique incluant les problèmes de santé traités en ambulatoire, de quoi encourager la recherche en soins primaires.

[Avec Hospimedia.fr]

 

Source EGORA.fr

23.02.2017 : Baromètre Santé Pages Jaunes : les spécialités les plus recherchées par les Français.

Les Français et la santé à travers PagesJaunes

Le volume de données PagesJaunes atteint, cette année encore, des records avec

289 millions de recherches santé en 2015,

soit une augmentation de 18 % par rapport à l'an passé. Les recherches liées à la santé représentent 17,32 % des 1 645 728 088 recherches PagesJaunes, tous secteurs confondus.
 

Top 5 des praticiens les plus recherchés en France : les dermatologues font leur retour à la place des radiologues.

 

  • 1  Généralistes 39 millions
    de recherches
    + 14 %
  • 2  Dentistes 25 millions
    de recherches
    + 2 %
  • 3  Kinésithérapeutes 16 millions
    de recherches
    + 5 %
  • 4  Ophtalmologues 14 millions
    de recherches
    - 3 %
  • 5  Dermatologues 11 millions
    de recherches
    + 7 %

Pour l'optique : Ophtalmologues : 2 794 recherches. Moyenne nationale de recherches

 
CHERCHE PROFESSIONNEL DE SANTÉ DÉSESPÉRÉMENT

Plus la demande est forte par praticien, plus les professionnels de santé sont débordés ! Les territoires français ne sont pas à égalité dans l’accès aux soins, dévoilant de véritables « déserts médicaux », dont le nombre de recherches par praticien est bien supérieur à la moyenne nationale de 724 recherches par médecin généraliste.Professionnels de santé, découvrez ici quels sont les départements où la demande est la plus forte !

 

22.02.2017 : Certains candidats à la présidentielle souhaitent le remboursement des lunettes à 100% ...! ?...

100 % de quoi ?

100 % du tarif sécurité sociale ?

100% d'un pourcentage du PMSS ?

100% d'un plancher ou d'un plafond de remboursement ?

100% d'un tarif à venir ?

100% de la facture ? avec monture de Luxe et derniers verres des grands verriers ! 

 

Une transparence et une clarification seront les bienvenues afin de pouvoir comparer sérieusement, nous avons ce problème avec les complémentaies santé pour savoir réellement le montant des remboursements qui ne sont pas indiqués en Euros.

 

Il est est grandement souhaitable que tout le monde parle et indique ces montant dans notre monnaie " l ' EURO."

 

En espérant vivement que cela sera discuté en amont avec les instances représentatives de l' optique !

20.02.2017 : Communiqué de presse UDO « Dites NON à la FRAUDE »

Fidèle à ses convictions, l’Union des Opticiens poursuit

 

ses efforts pour défendre l’éthique de la profession et

 

lutter contre la fraude

 

 

 

Paris, le 20 février 2017

 

En novembre 2015, l’Union des Opticiens a lancé une nouvelle campagne d’information « Dites NON à la FRAUDE » auprès des opticiens-lunetiers avec le concours d’acteurs de l’assurance complémentaire (Actil, AG2R, Carte Blanche, Itelis, Kalivia, Santéclair, Terciane, Viamedis, etc.).

 

Cette campagne, visant à renforcer l’éthique de la profession et à lutter contre la fraude, s’est suivie de visites mystères afin de contrôler le respect des bonnes pratiques par les professionnels.

 

L’Union des Opticiens, premier syndicat à avoir inclus dans son projet politique une charte éthique, poursuit ses efforts afin de favoriser, au sein de la profession, une concurrence saine et loyale. En luttant contre les dérives (arrangements de factures, fraudes à la mutuelle, etc.) constatées auprès de certains opticiens, l’Union des Opticiens espère atteindre cet objectif et assainir l’image d’une profession mise à mal par des pratiques illicites.

 

 

Pour ce faire, l’Union des Opticiens a, tel qu’annoncé dans son communiqué de presse du 19 novembre 2015, mandaté des clients mystères qui se sont rendus dans plusieurs magasins répartis sur l’ensemble du territoire. S’inscrivant constamment dans une logique de transparence, l’Union des Opticiens a adressé un courrier aux opticiens en les prévenant des visites à venir.

 

Suite à la première vague de visites (juin-juillet 2016), des dérives ont été constatées dans certains magasins. Une seconde vague de visites (juillet-septembre 2016) a permis de démontrer qu’un nombre significatif de magasins ont récidivé.

Plus globalement, l’Union des Opticiens constate que la fraude s’intensifie chez certains indépendants alors qu’elle a tendance à diminuer dans les grandes enseignes.

 

Comme annoncé initialement, l’Union des Opticiens a décidé de poursuivre en justice les auteurs des fraudes constatées et a lancé plusieurs assignations.

 

Défenseur historique de l’éthique professionnelle, le syndicat entend maintenir ses efforts et poursuivra systématiquement les auteurs des dérives.

 

L’Union des Opticiens a fait de ce combat fondamental sa priorité pour que le métier d’opticien-lunetier soit apprécié à sa juste valeur et pour que les clients, les prescripteurs partenaires et les pouvoirs publics retrouvent une pleine confiance envers les professionnels du secteur.

 

Catherine de la BOULAYE

Présidente        

 

20.02.2017 : ENQUÊTE AUPRÈS DES PROFESSIONNELS DE LA FILIÈRE VISUELLE .

Notre filière visuelle est en cours de réforme comme jamais auparavant.

 

Les opticiens s’orientent vers un opticien de santé, les orthoptistes obtiennent de nouvelles délégations, les optométristes s’implantent solidement dans les cabinets d’ophtalmologies et les ophtalmologues renforcent leurs positions.

 

Dans ce cadre l’AOF vous offre l’opportunité de vous exprimer, de nous faire partager votre vision, vos inquiétudes et surtout vos souhaits pour les années à venir.

 

Nous avons fait le choix de rendre cette enquête accessible à l’ensemble des professionnels, optométristes, opticiens, orthoptistes et ophtalmologistes.

 

Nous comptons sur votre participation afin de présenter les résultats les plus représentatifs possible.

 

Partagez-la avec vos collaborateurs, amis et connaissances professionnels de l’optique.

 

Les résultats de cette enquête seront publiés entre fin mars et début avril.

 

         petites annonces aof

14.02.2017 : Financement : retrouvez toutes les aides publiques sur le site Aides-entreprises.fr

Réalisée avec le soutien de l'Etat, la base de données recense plus de 2 000 aides financières, classées par besoin, par zone géographique ou encore par secteur, et consultables gratuitement.

Aides de l'Europe, des établissements publics, des réseaux d'accompagnement... : il est parfois difficile de s'y retrouver dans la jungle des aides financières. Pour y voir plus clair, la direction générale des Entreprises (DGE) et l'Institut supérieur des métiers (ISM) viennent de mettre en ligne une version rénovée d'Aides-entreprises.fr, la base de données de référence sur les aides publiques, sélectionnée par l'Etat. Plus de 2 000 dispositifs sont répertoriés, rangés par besoin ou par localisation, mis à jour régulièrement et accessibles gratuitement.

>> Accédez à la base de données des aides publiques

Quelles aides sont présentes ?

Le site référence l'ensemble des aides financières publiques du secteur marchand, même lorsqu'un acteur public n'intervient qu'en co-financement : Etat, Commission européenne, collectivité territoriale, établissement public...

Comment sont classées les aides ?

Vous pouvez accéder aux aides qui vous correspondent, selon trois critères :

  • votre besoin de financement (création, développement, embauche, innovation, investissements matériels...) ;
  • votre localisation (région, département, commune ou même quartier pour les quartiers prioritaires de la politique de la ville) ;
  • votre identifiant d'établissement Siret.
     

Lire aussi : Comment se financer sans passer par les banques

Source  economie.gouv.fr

10.02.2017 : Les agences Fullsix Life et Havas Life Paris choisies par la CNAMTS .

09.02.2017 : Cadeaux et bons d'achat offerts aux salariés : conditions et limites d'exonération des cotisations sociales.

ublié le 07 février 2017 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Crédits : © Brad Pict - Fotolia.com

Illustration 1 Bon d'achat d'une valeur de 50 €

Les bons d'achat et cadeaux alloués aux salariés par le comité d'entreprise ou directement par l'employeur sont exonérés des cotisations et contributions de Sécurité sociale, lorsque leur montant global ne dépasse pas un certain seuil.

Les bons d’achat et cadeaux offerts aux salariés par le comité d’entreprise (ou directement par l’employeur dans les entreprises de moins de 50 salariés sans comité d’entreprise) sont exonérés des cotisations et contributions de Sécurité sociale, lorsque leur montant global ne dépasse pas 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale, soit 163 € pour 2017 (contre 161 € pour 2016).

Au delà de cette limite de 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale, les bons d'achat et cadeaux sont exonérés de cotisations, quand ils sont :

  • en relation avec un événement précis ;
  • d'une utilisation déterminée, en relation avec l’événement ;
  • d'un montant non disproportionné par rapport à l’événement.

Ces bons d’achat peuvent être distribués à l’occasion des fêtes de fin d’année ou d’autres événements concernant directement le salarié : naissance, mariage ou Pacs, départ en retraite, fête des mères et des pères, Sainte-Catherine, Saint-Nicolas ou rentrée scolaire.

Toutefois, ils doivent être attribués pour une utilisation déterminée en relation avec l’événement.

Le plafond permettant l'exonération s'applique par événement et par année civile.

  À savoir :

les chèques carburant et les bons d'achats destinés à des produits alimentaires courants sont, quant à eux, assujettis aux cotisations sociales. En revanche, les bons d'achats échangeables contre des produits alimentaires de luxe dont le caractère festif est avéré bénéficient de l'exonération.

Conditions particulières requises pour conclure un contrat de coopération pour les soins visuels par décret.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034010827&dateTexte=&categorieLien=idDécret n° 2017-136 du 6 février 2017 fixant les conditions particulières requises pour conclure un contrat de coopération pour les soins visuels 

 

Notice : Le décret a pour objet de définir les conditions selon lesquelles un médecin conventionné spécialisé en ophtalmologie peut conclure avec l'organisme local d'assurance maladie et l'agence régionale de santé un contrat de coopération dans le domaine des soins visuels. Ce contrat peut avoir pour objet d'accompagner soit la formation, soit l'embauche d'un orthoptiste. 


Références : le décret est pris pour l'application de l'article 67 de la loi n° 2015-1702 du 21 décembre 2015 de financement de la sécurité sociale pour 2016. Les dispositions du code de la sécurité sociales modifiées par le présent décret peuvent être consultées, dans leur rédaction résultant de cette modification, sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).

A la section 10 du chapitre II du titre VI du livre Ier du code de la sécurité sociale, il est inséré une sous-section intitulée : « Accords de bon usage et contrats de bonne pratique des soins », qui comprend l'article R. 162-59 ainsi rédigé :


« Art. R. 162-59.-Le contrat de coopération pour les soins visuels mentionné au I de l'article L. 162-12-22 est conclu entre, d'une part, un médecin conventionné spécialisé en ophtalmologie et, d'autre part, l'organisme local d'assurance maladie et l'agence régionale de santé.

 

Il peut avoir pour objet d'accompagner soit la formation, soit l'embauche d'un orthoptiste. 


« S'agissant d'une formation, la conclusion du contrat de coopération est subordonnée à la conclusion d'une convention de stage entre un médecin ophtalmologiste conventionné, un orthoptiste salarié de ce médecin, maître de stage, et un orthoptiste en formation, dans le cadre de la préparation du certificat de capacité d'orthoptiste mentionné à l'article L. 4342-3 du code de la santé publique


« S'agissant d'une embauche, la conclusion du contrat de coopération est subordonnée au respect des conditions suivantes : 


« 1° L'employeur est un médecin conventionné spécialisé en ophtalmologie ou une société associant des médecins conventionnés dans laquelle il exerce, qu'il s'agisse d'une société d'exercice libéral, d'une société civile professionnelle ou d'une société civile de moyens ; 


« 2° L'employeur n'emploie pas d'orthoptiste à la date de la signature du contrat ; 


« 3° L'employeur ne peut avoir procédé au licenciement d'un orthoptiste dans un délai de douze mois précédant la signature du contrat de coopération, ni avoir mis fin à un contrat à durée déterminée ou à la période d'essai d'un orthoptiste dans les six mois précédant la signature du contrat ; 


« 4° Un médecin ne peut signer plus d'un contrat ; 


« 5° Il ne peut être établi plus de deux contrats de coopération concernant un même orthoptiste. »

 

Source Légifrance

06.02.2017 : Le service d'aide à la mobilité bancaire : c'est quoi ?

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A11355

Déménagement, renégociation d'un prêt... Vous changez de banque ? Savez-vous que votre nouvelle banque peut effectuer, si vous le souhaitez, toutes les formalités nécessaires à votre place dans le cadre du « service d'aide à la mobilité bancaire » ? Ce nouveau service qui devient opérationnel à partir du 6 février 2017 améliore un dispositif en place depuis 2009.

Ce service est fourni gratuitement par votre banque. C'est en effet votre nouvelle banque qui s'engage à prévenir de votre changement de domiciliation bancaire tous les organismes qui effectuent des prélèvements ou des virements automatiques sur votre compte courant (compte de dépôt détenu auprès d'un établissement français). Attention, les comptes d'épargne ne sont pas concernés.

Si vous souhaitez bénéficier de ce service, vous devez signer un mandat de mobilité auprès de votre nouvelle banque et lui fournir les coordonnées bancaires du compte de votre banque d'origine. Vous pouvez aussi éventuellement demander à votre nouvelle banque le transfert du solde créditeur et la clôture de votre ancien compte. Votre changement de domiciliation bancaire prendra une vingtaine de jours ouvrés (12 jours côté banques et 10 à 20 jours côté émetteurs).

  Rappel :

Depuis septembre 2016, les banques ont fourni à leur client une brochure d'information sur ce service.

31.01.2017 : La simplification pour les contrats de tiers payant optique : TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE.

26.01.2017 : Le guide 2017 des vacances à la neige avec les conseils de la DGCCRF comportant une recommandation sur les lunettes de soleil pour bien se protéger.

 Les lunettes de soleil jouent un rôle essentiel dans la protection contre le rayonnement solaire que vous ayez les yeux fragiles ou pas, il vous est vivement conseillé d’en porter, à la mer comme à la montagne où la luminosité est particulièrement importante.

 

Sachez que, pour être fiables, vos lunettes de soleil doivent répondre à certaines exigences de construction et de performances, attestées par le marquage « CE » et l’accompagnement d’une notice d’information.

 

Règles de sécurité Les lunettes de soleil doivent être revêtues du marquage « CE » de façon visible, lisible et indélébile, ce qui constitue une présomption de conformité aux règles communautaires de sécurité, sauf si les caractéristiques du produit ne permettent pas un marquage direct (dans ce cas, le marquage « CE » doit figurer sur l’emballage).

 

Elles doivent être accompagnées d’une notice d’information détaillée, rédigée en français.

Celle-ci doit mentionner notamment le pouvoir filtrant (classe de protection) de vos verres et, le cas échéant, pour la classe de protection la plus élevée, l’avertissement suivant : « Non adapté pour la conduite automobile et les usagers de la route », sous la forme d’un symbole ou en toutes lettres. Leur résistance (verres dits « incassables » ou non) peut également être indiquée.

 

Afin de rendre immédiatement compréhensible pour le consommateur le classement des filtres solaires, le Groupement des industries françaises de l’optique (GIFO) préconise l’utilisation des 5 pictogrammes ci-dessous, correspondant aux 5 niveaux de protection.

 

La santé Lunettes de soleil 27 www.economie.gouv.fr/dgccrf La santé Sur chaque spécimen de lunettes, doit figurer l’indication de la classe de protection correspondant à la capacité de filtration des rayons solaires. Selon la norme NF EN ISO 12312-1 (2013), il existe cinq catégories classées selon une échelle de 0 à 4, selon le pourcentage de lumière filtrée :

 

• la catégorie 0 ne protège pas des UV solaires, elle est réservée au confort et à l’esthétique ;

• les catégories 1 et 2 sont adaptées aux luminosités solaires atténuées et moyennes ;

• seules les catégories 3 ou 4 sont utilisées en cas de forte ou exceptionnelle luminosité solaire (mer, montagne).

 

D’une manière générale, la catégorie 4 est inadaptée à la conduite sur route. Précisions importantes • les verres sombres ne sont pas forcément les plus protecteurs.

 

Ils sont efficaces contre l’éblouissement, mais pas nécessairement contre les UV. Inversement, des verres transparents traités peuvent très bien filtrer les UV solaires à 100% ; en revanche, ils seront peu actifs contre l’éblouissement ;

• leur résistance (verres dits ‘incassables’ ou non, résistance à l’abrasion) peut également être indiquée ;

• attention aux lunettes fantaisie pour enfant, en plastique teintées, qui peuvent ne pas assurer une protection ;

• lors d’une séance de bronzage UV, les lunettes de soleil mêmes foncées sont tout à fait insuffisantes et inadaptées.

 

Le rayonnement d’un appareil de bronzage UV peut affecter les yeux de façon irréversible. Le port de lunettes de protection spéciales est obligatoire et elles doivent être mises à votre disposition pour toute séance ; • l’observation d’une éclipse nécessite impérativement de se protéger les yeux avec des lunettes de protection spécialement conçues pour cet usage, afin d’éviter toute lésion oculaire (cf. norme NF EN ISO 12312-2 (2015).

Source Service Public

12.01.2017 : Le Compte Personnel d’Activité, c'est parti !

Le compte personnel d’activité (CPA) vise à sécuriser des parcours professionnels qui évoluent de plus en plus. Effectif dès janvier 2017, le CPA est un outil qui permet à chacun de faire évoluer sa carrière.


Mon Compte Personnel d'Activité par MinistereTravailEmploi

10.01.2017: Aide à l'embauche pour les PME : prolongation jusqu'au 30 juin 2017.

L'aide à l'embauche d'un salarié pour les entreprises de moins de 250 salariés, créée initialement pour toute embauche ayant lieu entre le 18 janvier et le 31 décembre 2016, est prolongée de 6 mois soit jusqu'au 30 juin 2017. Le montant de l'aide est égal à 4 000 € maximum pour un même salarié.

L'aide à l'embauche pour les entreprises de moins de 250 salariés, instituée par le décret 2016-40 du 25 janvier 2016, devait prendre fin le 31 décembre 2016.

Elle est prolongée de 6 mois par le décret n° 2016-1952 du 28 décembre 2016. Toute embauche, jusqu'au 30 juin 2017, d'un salarié remplissant les critères requis ouvre droit à l'aide de 4 000 €.

L'aide est versée en 4 tranches de 500 € pendant 2 ans maximum, à l'échéance de chaque trimestre d'exécution du contrat de travail. Elle est proratisée si le salarié travaille à temps partiel.

  À noter :

L'aide à l'embauche du premier salarié dans les TPE n'a pas été prolongée. Elle a donc pris fin le 31 décembre 2016.

Merci d'avoir rejoint l' UNION DES OPTICIENS !

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous rejoindre, nous vous en remerçions et surtout vous avez compris qu'il faut dès maintenant soutenir vos projets, vos idées, vos convictions concernant la profession d'opticiens de santé .

C'est en étant nombreux que nous pourrons avoir des positions fortes envers les pouvoirs publics et ainsi défendre vos entreprises et votre métier.

L'évolution est de plus en plus rapide et nous n'avons jamais eu autant de préoccupations, de décisions, de décrets, d'arrêtés pour l'optique lunetterie .

D'autres modifications sont en cours et l'année prochaine, année électorale présidentielle va certainement encore bouleverser notre profession.

L'exemple du futur devis normalisé obligatoire sera un casse tête pour tous pour son élaboration et certainement illisible pour les consommateurs, l'Union des Opticiens défends déjà cette mise en place en l'état actuel de sa présentation.

Le système LMD avec une meilleure formation des opticiens sera un gage de qualité, il faut qu'il soit mis en place rapidement (depuis de nombreuses années que l'on dit "qu'il faut améliorer ces études") faisons le ensemble ! et bien d'autres points dans notre projet politique et de société.

 

 

Vous nous avez pas rejoints ? c'est le moment ! remplissez le formulaire d'adhésion ICI , c'est simple et rapide !

 

La cotisation est de 30 euros par mois,(tarif dégressif pour plusieurs magasins) c'est peu vis à vis de l'importance de la tâche qui incombe pour la défense de l'optique en France et le réglement peut se faire en plusieurs fois si vous le désirez. Pas d'hésitation, de nombreux confrères et consoeurs ont pris cet engagement avec l'UDO , venez nous rejoindre et participer .

 

 

 

 

Vous voulez nous suivre rapidement, mettez l'icone tactile UDO sur votre smartphone ou tablette.

Sur votre smartphone ou tablette, allez sur le site de l'UDO : http://www.uniondesopticiens.org/

Ajouter depuis vos favoris ou ajouter sur l'écran d'accueil le site, le renommer UDO et c'est fait !

 

Que peux faire l'opticien suite au nouveau décret ?

Pour délivrer des verres correcteurs :

 

Durée de validité des ordonnances :

 

La délivrance de verres correcteurs est subordonnée à la présentation ou la vérification de l’existence d’une ordonnance médicale prescrivant ces produits.

 

La durée de validité de cette ordonnance médicale est fixée à :

  • 1 an, pour les patients âgés de moins de 16 ans ;
  • 5 ans, pour les patients âgés de 16 à 42 ans ;
  • 3 ans, pour les patients âgés de plus de 42 ans.

 

L’opticien doit conserver une copie de l’ordonnance jusqu’à l’expiration de sa validité, sauf opposition du patient.

 

Adaptation de la prescription de verres correcteurs :

 

  • Dans le cas d’une première délivrance suivant la prescription de verres correcteurs, l’opticien ne peut pas adapter cette prescription.

 

  • Les prescriptions médicales de verres correcteurs en cours de validité peuvent être adaptées par l’opticien dans le cadre d’un renouvellement de délivrance, après réalisation d’un examen de la réfraction.

 

  • Le médecin peut s’opposer à cette adaptation par une mention expresse sur l’ordonnance. Il peut aussi limiter la durée de la possibilité d’adaptation, également par une mention expresse sur l’ordonnance, « dans les situations médicales précisées, à titre indicatif, par arrêté ».
     

    L’arrêté du 25 octobre 2016 établit la liste indicative des situations médicales justifiant une limitation de la durée d’adaptation de la prescription par l’opticien lunetier dans le cadre de la délivrance de verres correcteurs ou de lentilles de contact oculaire correctrices.

     

    Troubles de réfraction

    • myopie ≥ – 6 dioptries et/ou longueur axiale ≥ 26 mm
    • changement d’axe ≥ 20° en cas d’astigmatisme ≥ 0,75 dioptrie
    • pour toute amétropie, une modification de 1 dioptrie ou plus en 1 an

     

    Troubles de réfraction associés à une pathologie ophtalmologique

    • glaucome
    • hypertension intraoculaire isolée
    • pathologies rétiniennes (dont DMLA, rétinopathie diabétique…)
    • cataracte et autres anomalies cristalliniennes
    • tumeurs oculaires et palpébrales
    • antécédents de chirurgie réfractive
    • antécédents de traumatisme de l’œil sévère et datant de moins de 3 ans
    • anomalies cornéennes (notamment greffe de cornée, kératocône, kératopathies, dystrophie cornéenne, etc.)
    • amblyopie bilatérale
    • diplopie récente et/ou évolutive

     

    Troubles de réfraction associés à une pathologie générale

    • diabète
    • maladies auto-immunes (notamment Basedow, sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, lupus, spondylarthrite ankylosante)
    • hypertension artérielle mal contrôlée
    • syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA)
    • affections neurologiques à composante oculaire
    • cancers primitifs de l’œil ou autres cancers pouvant être associés à une localisation oculaire secondaire ou à un syndrome paranéoplasique.

     

    Troubles de réfraction associés à la prise de médicaments au long cours pouvant entraîner des complications oculaires, notamment

    • corticoïdes ;
    • antipaludéens de synthèse ;
    • tout autre médicament qui, pris au long cours, peut entrainer des complications oculaires

     

    Troubles de réfraction associés à des situations pouvant altérer potentiellement la tolérance des lentilles de contact oculaires, notamment :

    • pathologie ou altération de la surface oculo-palpébrale (cornée, conjonctivite, face interne des paupières, allergies)
    • anomalie du film lacrymal
    • antécédents infectieux ou inflammatoires avec des lentilles de contact
    • instabilité des lentilles de contact
    • port nocturne des lentilles de contact

     

    L’arrêté précise que « cette liste des situations ou circonstances associées n’est ni exhaustive ni impérative et ne remplace pas le jugement clinique de l’ophtalmologiste. Celui-ci décide au cas par cas s’il y a lieu de limiter le renouvellement avec adaptation en l’expliquant au patient. Il est recommandé que le médecin prenne en compte le degré de compréhension du patient et son implication dans sa prise en charge ophtalmologique ».

 

 

  • Si l’opticien adapte les corrections, il reporte sur la prescription médicale l’adaptation réalisée et en informe le prescripteur par tout moyen garantissant la confidentialité des informations transmises.

 

  • Les nouvelles dispositions relatives aux ordonnances de verres ou de lentilles s’appliquent aux ordonnances établies à compter du 17 octobre 2016. Pour les ordonnances de verres correcteurs établies avant cette date, les opticiens-lunetiers peuvent adapter les prescriptions médicales, dans le cadre d’un renouvellement, sous réserve que celles-ci datent de moins de trois ans et qu’elles aient été établies pour un patient âgé de plus de 16 ans.

 

Cas de perte ou de bris de verres correcteurs :

  • En cas de perte ou de bris des verres correcteurs, lorsque l’urgence est constatée et en l’absence de solution médicale adaptée, l’opticien peut exceptionnellement délivrer un nouvel équipement sans ordonnance médicale et après avoir réalisé un examen de réfraction.

 

  • Dans ce cas, l’opticien remet au patient le résultat de l’examen de réfraction et le transmet par tout moyen adapté au médecin prescripteur ou au médecin désigné par le patient (sauf si l’ordonnance est établie dans un autre Etat que la France).

 

  • L’opticien consigne dans un registre ces délivrances exceptionnelles sans ordonnance afin d’en assurer la traçabilité et conservent les données pendant 3 ans.

 

Règles d’exercice :

  • L’opticien est identifié par le port d’un badge signalant ses noms, prénoms et titre professionnel.

 

  • La première délivrance de verres multifocaux intégrant une correction de la presbytie est soumise à prescription médicale.

 

  • L’examen de la réfraction se fait dans l’enceinte du magasin d’optique ou dans un local y attenant, conçu de façon à permettre une prise en charge dans les bonnes conditions d’isolement phonique et visuel et d’assurer la confidentialité des informations échangées par la personne.

 

  • Les locaux sont équipés de manière à préserver l’intimité du patient.

 

  • En dehors de son lieu d’exercice, l’opticien s’interdit toute publicité et toute communication destinée au public sur sa capacité à déterminer la réfraction.

 

  • L’opticien procède à toutes les mesures utiles à la réalisation d’un équipement d’optique. Ces mesures peuvent être faites à distance.

 

  • L’opticien, dont la résidence professionnelle est identifiée, peut procéder, à la demande du médecin ou du patient, à la délivrance des lentilles correctrices et de verres correcteurs auprès des patients à leur domicile ou admis au sein des établissements de santé publics, privés ou médico-sociaux.

 

Pour toutes questions concernant ces dispositions vous pouvez utiliser le Formulaire de contact, nous nous efforcerons de vous répondre le plus rapidement possible.

 

 

C'est décidé !  J'adhère au syndicat de l'UNION DES OPTICIENS.

Que vous soyez indépendants, sous enseigne, avec un seul magasin ou multi propriétaire, vous avez la possibilité d'adhérer à l'Union des Opticiens.

 

Pour un syndicat fort, il faut être nombreux et rassemblé, votre adhésion est le premier geste à accomplir, il est indispensable pour faire valoir vos idées et convictions auprès de toutes les instances. Soyez certains que vous n'êtes pas le seul à avoir franchi ce cap, venez retrouver vos collégues de tous horizons, indépendants, sous enseignes, coopérateurs etc.. et votre voix sera entendue.

 

"J'ai envie de savoir, de faire évoluer ma profession, de la défendre, d'avancer mes idées et donner mon avis, de m'investir, de faire avancer mon syndicat, de lui donner de la force."

 

Que l'on ne dise plus que le syndicat ne fait rien, n' a pas de bonnes idées, facile ! en n'étant pas adhérent !

 

Maintenant je m'engage, critiquer c'est bien, agir c'est mieux,  surtout quand on adhère et on participe.

 

La cotisation  de 30 euros par mois* pour un premier magasin. Pour les multi centres merci de nous contacter.

 

Je clique ICI et je peux dire maintenant "je sais ce que je fais et ferai pour mon syndicat et ce que fait et fera le syndicat pour la profession."

 

 

* L' UDO est consciente qu'une cotisation payable en seule fois peut être un frein pour adhérer et vous propose un réglement échelonné.

(renseignements au : 01 42 06 07 31.) ou par mail : udoinfo@orange.fr ou udo@uniondesopticiens.org

Vous changez...nous aussi,  évoluons ensemble.

 

 200 lettres types et modèles de document pour vous aider dans vos démarches.

Publié le 22 octobre 2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Vous quittez le logement que vous louez ? Vous souhaitez porter plainte ? Vous allez démissionner ? Vous voulez demander un congé parental ?

Retrouvez plus de 180 modèles de lettres sur le site service-public.fr pour vous permettre d'exercer vos droits et faciliter vos démarches.

Les lettres types et modèles de document, disponibles gratuitement en ligne, correspondent à de nombreuses situations de la vie courante, comme par exemple :

Chaque page de modèle présente des liens vers les fiches pratiques correspondant à la démarche que vous souhaitez entreprendre et vous permettent de compléter votre information sur le sujet.

Service-public.fr propose également des modèles de document pour les professionnels et pour les associations .

  À noter :

conservez toujours une copie des lettres et pièces jointes que vous envoyez et une preuve de l'envoi (par exemple récépissé du recommandé). En cas de contentieux, ces copies vous seront nécessaires.

 

Source Service Public

 La convention collective de l'optique lunetterie de détail remise à jour.

Vous trouverez ICI la convention collective de l'optique lunetterie de détail remise à jour . vous pouvez la  visionner par article ou en son entier dans sa version PDF si vous en avez besoin en la téléchargeant.

Voir les :  ANNONCES PRESSE UDO

Votre adhésion tout de suite ?

Imprimez le formulaire d'adhésion.     

Pour obtenir davantage d'informations, utilisez le formulaire de contact.

  

Union des Opticiens - UDO
45 rue de Lancry   75010 PARIS

Tél : 01 42 06 07 31

Fax : 01 42 06 28 41

Mail : udo@uniondesopticiens.org

site internet : www.udo.org

www.uniondesopticiens.org

UNION DES OPTICIENS - UDO
UNION DES OPTICIENS - UDO